Grenews


Grenews : Une du numéro 1Le quotidien régional Le Dauphiné Libéré lance un gratuit sur l’agglomération grenobloise. Le nouveau venu, "Grenews", est décliné sur trois supports : un hebdomadaire, un site Internet et un JT web.  "Le concept est d’être un  trimedia avec une équipe qui peut traiter l’actualité en instantané sur le web, synthétiser pour l’hebdomadaire et préparer un JT quotidien de 5 minutes qui résume l’actualité de la journée" explique Patrick Peltier, rédacteur en chef chargé du développement du Dauphiné Libéré. "Il faut que le Dauphiné libéré soit présent sur différents support médias. Nous sommes déjà un référent en matière de papier, nous avions pris du retard sur le web." Un retard rattrapé en 2007 après le lancement du site dédié à l’élection présidentielle, Quelcandidat.com, visité par près de 15 millions d’Internautes en trois mois.  

 

Le nouvel hebdomadaire poursuit dans la veine du web et cible un public grenoblois urbain, entre 15 et 35 ans. "Cette tranche d’âge vit avec Internet et elle a  une culture du gratuit" justifie Patrick Peltier. Grenews se présente sous format tabloïd, avec trente-deux pages tout en couleurs. Il est diffusé à 45 000 exemplaires dans la rue, sur les campus, aux arrêts de bus tous les mercredi. Ce premier numéro présente un dossier sur les tagueurs et les graffeurs de Grenoble, des articles consacrés à la mobilisation étudiante contre la loi Pécresse, aux 40 ans des Jo de Grenoble. La rédaction, elle aussi, est plutôt jeune, avec cinq journaliste issus du Dauphiné Libéré.  Ils travailleront pour l’hebdomadaire et alimenteront le site. La réalisation du JT quotidien "tout en images" est confiée à une société de production, Altuis Prod, fondée par l’ex-directeur de M6 Grenoble, Jean-Marc Eysseric. Mais le rédacteur en chef du JT sera le même que celui du journal gratuit et du site web. Ce JT, diffusé tous les soirs à 19h50 pourra être regardé sur le monde virtuel de Seconde Life.

Grenews sur SecondlifeDevançant les suspicions d’une main mise du Dauphiné Libéré, Patrick Peltier revendique un rédaction autonome, détachée de celle du quotidien régional : "Notre ton sera celui de Grenews même si notre équipe compte des journalistes du Dauphiné Libéré, elle est animé par son propre rédacteur en chef. Nous sommes complémentaires du quotidien". "Chaque journaliste présente un regard propre sur l’information", ajoute-t-il, défendant là le pluralisme de la presse en région.

Il n’est pas rare de voir des titres de PQR se lancer dans les journaux gratuits. Le réseau Ville plus développé en 2004 a inauguré ce phénomène avec le lancement d’un gratuit à Lille par La Voix du Nord ou à Bordeaux par Sud-Ouest. Une façon d’organiser sa propre concurrence. "Evidemment pour Le Dauphiné Libéré c’est plus confortable d’avoir un hebdo gratuit comme Grenews qu’un gratuit quotidien, concède Patrick Peltier. Cela peut faire réfléchir ceux qui seraient tentés par l’installation d’un autre gratuit."

www.Grenews.com

Le Dauphiné Libéré n’est pas le seul à se lancer dans le multimédia non plus, Le Télégramme de Brest qui vient de dévoiler sa nouvelle maquette la semaine dernière, émet déjà un JT web quotidien depuis le printemps 2007. "Que le Télégramme ait envie d’être un référent sur d’autres médias qui s’offrent à lui me semble logique, répond Patrick Peltier. L’existence des quotidiens régionaux dépend de leur développement". En 10 ans la PQR a vu ses ventes chuter de 10%, même si sa diffusion a progressé de 0,5%  au deuxième trimestre 2007.  

Le site de Grenews
Le web JT du Télégramme

réalisé par Bahar Makooi

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :