Les lauréats du Prix Albert-Londres 2014

Le journaliste « localier » du quotidien La Marseillaise Philippe Pujol et un trio formé par Julien Fouchet, Sylvain Lepetit et Taha Siddiqui, du magazine « Envoyé spécial » de France 2, ont remporté, lundi 12 mai, le prix Albert Londres 2014, la plus prestigieuse récompense du journalisme francophone.

laureats albert londres

Cette édition du Prix Albert Londres était dédiée à Josette Alia, grande plume du Nouvel Observateur et ancienne présidente du jury, décédée le 1er mai 2014.

Bordeaux, port de départ d’Albert Londres pour plusieurs de ses reportages, notamment en Afrique d’où il a rapporté le fameux Terre d’Ebène, a accueilli l’édition 2014.

 

Prix de la presse écrite : Philippe Pujol

Journaliste depuis 10 ans au quotidien La Marseillaise, Philippe Pujol, 38 ans, se définit comme un « localier généraliste ». Son enquête » Quartiers Shit » publiée dans son journal pendant l’été 2013 est un « électrochoc dans la couverture de l’actualité marseillaise et de ses quartiers nord ». Philippe Pujol emmène ses lecteurs dans des endroits qu’ils ne connaissent pas avec un style empathique sans être compassionnel, plein d’audace et de fulgurances. 

 

Prix audiovisuel : Julien Fouchet, Sylvain Lepetit et Taha Siddiqui

Les Français Julien Fouchet, Sylvain Lepetit et le journaliste pakistanais Taha Siddiqui ont pour leur part emporté le prix pour leur reportage télé « La Guerre de la polio » en Afghanistan et au Pakistan, produit par Babel Press et diffusé par France 2. 

La polio qui avait été pratiquement éradiquée de la planète refait surface en Afghanistan et au Pakistan. Ce reportage raconte le combat de médecins et d’ONG qui luttent, au péril de leur vie, contre la propagande des talibans qui sabotent les campagnes de vaccination et font régner la terreur. 
Julien Fouchet, Sylvain Lepetit et Taha Siddiqui ont su traiter le sujet avec pudeur et sobriété en s’affranchissant des contraintes d’un formatage d’enquêtes de plus en plus en vigueur dans les rédactions et que le jury du Prix Albert Londres déplore.

 

Photo des lauréats : Jean-Michel DESTANG