Franck Riester, le ministre de la Culture, aux Assises Internationales du Journalisme

Franck Riester, le ministre de la Culture
Franck Riester, le ministre de la Culture. Photo : Gaël Turpo

C’est devant une salle comble que Franck Riester, le ministre de la Culture, a déployé les grandes lignes de sa politique de soutien aux médias et au journalisme.

« La défiance à l’encontre des médias s’est banalisée », c’est par ce constat amer que Franck Riester, le ministre de la Culture, a débuté son discours, vendredi 15 mars 2019, à l’Auditorium de Mame, à Tours.

Il a, par la suite, exprimé son intransigeance face aux « actes de violence [qui] doivent être réprimés avec la plus grande sévérité ». Dans cette lutte pour plus de confiance, les journalistes sont, d’après  lui, « les premiers à pouvoir pallier cette défiance ».

Franck Riester, le ministre de la Culture
Franck Riester, le ministre de la Culture et Jérôme Bouvier, l’organisateur des Assises Internationales du Journalisme, en introduction du discours du ministre. Photo : Gaël Turpo

Aider à renouer le lien de confiance

Le ministre de la Culture s’est dit « choqué par les révélations de la ligue du LOL ». Il a, dans ce contexte, rappelé avoir « réuni [il y a deux jours] les éditeurs de médias audiovisuels pour signer une charte contre la violence sexuelle et sexiste ». Il souhaiterait ainsi que « cette charte soit étendue à tous les médias ». Il a aussi montré son engagement en faveur de plus de diversité dans les médias et son attachement à la création d’une instance d’autorégulation de la profession, malgré les débats que cette idée suscite chez les éditeurs de presse et les syndicats.

Avant son discours dans l’Auditorium, Franck Riester a répondu aux questions des étudiants de l’École publique de journalisme de Tours. Photo : Gaël Turpo

Garantir l’indépendance des journalistes

Une grande partie du discours était dédiée au droit voisin des éditeurs de presse, qui faisait l’objet d’un atelier aux Assises, plus tôt dans la matinée. Franck Riester s’est positionné en faveur de ce droit qui permettrait de « préserver [les] moyens d’aller sur le terrain ».

Le ministre de la Culture a également dit s’engager pour fournir plus d’aides à la presse. « Nous réfléchissons par ailleurs à la meilleure manière d’étendre les aides au pluralisme aux services de presse en ligne », a-t-il annoncé.

La réforme de la loi Bichet sur la distribution de la presse est également l’un des objectifs du ministère de la Culture. « Nous la moderniserons sans que soient remis en cause ses principes fondateurs », a promis Franck Riester.

Développer l’éducation aux médias et à l’information

Alors que les Assises Internationales du Journalisme consacrent chaque année plusieurs ateliers et conférences à l’éducation aux médias et à l’information, le ministre de la Culture a dit « souhaite[r] conforter et développer le plan ministériel lancé au printemps dernier ». Il s’est donc engagé à doubler les financements dans le cadre de ce plan qui comprend plusieurs initiatives (conception d’un webmagazine, création d’une émission de webradio, décoder la presse…)

Autre initiative : un appel à projets national, « destiné à soutenir des projets consacrés à la compréhension du travail journalistique et du fonctionnement des médias et à la lutte contre les fausses informations, le complotisme et les contenus haineux ». D’après le ministre de la Culture, il sera lancé  « dans les prochaines semaines ».

En clôture de son discours, Franck Riester a annoncé vouloir inclure « un volet éducation aux médias dans le service national universel ».