Les premiers résultats du sondage Assises / ViaVoice: le journalisme utile ?

 

26 questions pour poser différemment le débat sur la confiance. Oser demander aux Français en quoi le journalisme leur est utile? Quelles sont les informations qui leur sont utiles?

L’institut ViaVoice révélera les résultats de l’enquête le jeudi 15 Mars à 17h15.

Retrouvez les premiers résultats du sondage avec les réponses des Français à quatre premières questions. Un article de Cyril Petit publié sur lejdd.fr.

SONDAGE. 92% des Français jugent le journalisme utile

 

Vérification des informations et révélations font partie des plus fortes exigences des Français.

 

Difficultés de la presse écrite, méfiance de l’opinion envers certains médias, attaques violentes contre des journalistes (y compris par des politiques)… Plusieurs indicateurs inquiètent sur l’avenir du journalisme alors que se brouille la frontière qui le sépare du point de vue personnel, partisan ou non vérifié. Et que les fake news viennent polluer le monde de l’information. Mais il existe quelques nouvelles rassurantes, ainsi que le révèle la grande enquête réalisée par Viavoice pour les Assises internationales du journalisme en partenariat avec Le Journal du Dimanche, France Télévisions, France Médias Monde et Radio France et dont nous dévoilons ici les premiers résultats.

 

Vérification et enquête

Ainsi, 92% des Français considèrent que le journalisme est un métier utile. « Un résultat qui m’a agréablement surpris, réagit Jérôme Bouvier, organisateur des Assises, qui seront justement consacrées à l’utilité du métier*. Mais qui nous donne de lourdes responsabilités notamment en termes d’investigation et de décryptage. » Car les attentes prioritaires des Français vis-à-vis des journalistes sont précises : qu’ils vérifient les informations fausses et les rumeurs (61%), qu’ils apportent des informations pratiques, utiles au quotidien (49%) et qu’ils révèlent des faits ou des pratiques illégales ou choquantes (48 %). « Les Français veulent d’abord des médias lanceurs d’alerte, qui informent, plutôt que des médias engagés qui leur disent quoi penser ; ils souhaitent pouvoir réfléchir par eux-mêmes sur les faits », précise Aurélien Preud’homme, directeur d’études chez Viavoice.

Si les Français sont exigeants, c’est qu’ils ont conscience des risques : 87% pensent qu’il y a de plus en plus de rumeurs ou de fausses informations sur Internet et sur les réseaux sociaux et 71% pensent qu’il est de plus en plus difficile de distinguer le site d’un média sérieux relayant de vraies informations, et des sites relayant toutes sortes d’informations non vérifiées. S’ils trouvent normal que les pouvoirs publics souhaitent empêcher les fake news (70%), 67% estiment que ce n’est ni aux autorités ni à la justice de dire si une information est une fake news, mais que c’est aux journalistes de le faire. Un métier qu’ils ne voient d’ailleurs pas disparaître : 84% des sondés pensent qu’on ne peut pas imaginer une société sans médias.

 

* Du 14 au 17 mars, au Palais des Congrès de Tours, en partenariat avec le JDD. Les résultats complets du sondage sur les attentes des Français envers les journalistes seront dévoilés jeudi  aux Assises et sur leJDD.fr.

 

Par Cyril PETIT