Hackers et journalistes : comment travailler ensemble ?

Journalistes et hackers collaborent de plus en plus avec pour but commun la liberté de l’information. Mais ont-ils véritablement les mêmes objectifs, quelles sont leurs méthodes, peuvent-ils travailler ensemble ?

 

 

Réécoutez la rencontre en audio

 

 

 

Synthèse d’Amaëlle Guiton 

 

La rencontre a rappelé tout l’intérêt — voire la nécessité — des liens, passerelles, collaborations : – Les hackers ont un rôle d’expertise technique devenu essentiel dans la sécurisation des communications, l’aide à la protection des sources, l’analyse de documents… – Les journalistes, eux, savent hiérarchiser l’information, la recouper, lui donner du sens. La mutualisation des compétences est particulièrement utile pour le travail en zones de conflit et l’investigation. Elle peut conduire à des transferts de compétences de part et d’autre, pour des profils « hybrides » utiles aux rédactions. Pistes évoquées : – Les communautés hackers se sont ouvertes aux journalistes. À quand une plus grande ouverture des rédactions aux hackers ? – Il existe aujourd’hui des projets aboutis de plates-formes en ligne sécurisées à l’intention des lanceurs d’alerte (GlobaLeaks, SecureDrop) : il faut désormais que les rédactions les mettent en place. – On pourrait aussi imaginer un serveur chiffré et sécurisé partagé entre plusieurs rédactions, permettant de mutualiser des documents encore non exploités et de les analyser informatiquement.

 

 

Hackers et journalistes, comment travailler ensemble ?

le jeudi 7 novembre de 11h00 à 12h30

Animé par Amaëlle Guiton, journaliste indépendante, auteur de Hackers : au coeur de la résistance numérique.

Avec Pierre Alonso, journaliste ; Jean-Marc Bourguignon, conseiller en sécurité informatique et hacktiviste ; Edith Bouvier, grand reporter ; Bluetouff, co-fondateur de Reflets.info ; Samry McCarthy, directeur technique de l’International Modern Media Initiative.

 

Le compte-rendu des étudiants de l’Obsweb : 

 

A noter le même jour, l’atelier sécurité numérique proposé par Reporters Sans Frontières

A l’heure où les informations sensibles détenues par les journalistes sont de plus en plus en exposées au piratage numérique, il est devenu nécessaire pour la profession de sécuriser ses données pour protéger ses sources dans le cadre d’enquêtes ou de reportages à l’étranger.

Animé par Grégoire Pouget, formateur sécurité à RSF et Jean-Marc Bourguignon, conseiller en sécurité informatique et hacktiviste.

 

Pour aller plus loin : 

– Conseils pratiques de sécurité numérique, le compte-rendu de l’atelier par les étudiants de l’IUT Cannes journalisme