Ouvrir l’accès à la profession : un casse-tête ?

 

« Nous cherchons avant tout des regards et des idées de sujets qui sortent de nos radars » expliquait début juin la grand reporter Florence Aubenas lors du lancement en fanfare de l’opération Le Monde Académie, expérience inédite de parrainage de jeunes talents rêvant de journalisme par les rédactions du quotidien du soir. Louis Dreyfus, le président du Groupe, établissait de son côté un constat simple : « si l’on ne parvient pas à s’adresser à une partie de la jeunesse, ça n’est pas chez le récepteur qu’il y a un problème, mais bien chez l’émetteur, donc chez nous. C’est à nous de nous ouvrir ».

Six semaines après ce qui fut considéré par certains comme une belle opération de communication, 1100 dossiers de candidatures finalisés sont en passe d’être étudiés cet été par un jury composé de 40 journalistes du Monde et du Monde.fr. A l’arrivée, 68 « candidats »  (dont les noms seront connus mi-septembre) se verront offrir la possibilité de participer à l’éloboration du contenu éditorial du journal et du site durant une année entière.

 

Le Monde n’est pas le premier média à prendre une initiative destinée à bousculer son mode de recrutement. Radio France avait mis en place une politique de formation par l’apprentissage « Egalité des chances et diversité » dès 2003. TF1 de son côté a inauguré sa « Fondation » en 2008, et en 2010 le Bondy Blog ouvrait une prépa gratuite aux concours d’entrée en écoles de journalisme. Quelle est la réelle efficience de ces programmes? Sont-ils vraiment nécessaires, et pourquoi? A-t-on le recul suffisant pour en évaluer les effets? Devoir y recourir est-il la preuve que les cursus classiques et les écoles reconnues par la profession pêchent à former des journalistes protéiformes? Comment éviter l’uniformisation sociale, voire ethnique, des profils?


Le mercredi 3 octobre de 9h à 12h, atelier Formation/Recherche animé par Ousmane Ndiaye, chef de rubrique Afrique à Courrier International. Avec Florence Aubenas du journal Le Monde, ancien bénéficiaire du programme d’apprentissage de Radio France.Hervé Demailly responsable département de Journalisme Celsa – Paris IV, Samira Djouabi déléguée générale de la Fondation TF1, Nordine Nabili directeur du Bondy Blong, Erwan Ruty, directeur de Ressources Urbaines. Et les témoignages de Hakim Djelouat, Eurosport, et Abdelhak El Idrissi journaliste à France Culture.

Au Foyer des Artistes.

Pour lire l’article sur le Monde Académie du 6 juin 2012, cliquez ici

 

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :