Jeudi 22 mai : Le journalisme en Italie

L’Ordre des Journalistes (Ordine dei Giornalisti) qui régit la profession de journaliste en Italie recense dans son annuaire 2006 environ 81 000 journalistes. Ceux-ci se divisent en deux catégories : d’une part les professionisti, qui exercent leur activité de journaliste de manière exclusive et qui sont au nombre de 22 500, et les pubblicisti, qui exercent une autre profession par ailleurs et qui sont au nombre de 58 450. Une troisième catégorie, celle des praticanti, concerne les journalistes stagiaires. Ce découpage catégoriel révèle une structuration du champ journalistique où la professionnalisation passe encore peu par les écoles de journalisme – bien que l’Ordre aimerait en faire un passage obligé –  et où la porosité avec d’autres milieux, notamment intellectuel et politique, est très grande. La figure hybride du pubblicista en est l’exemple même. À l’origine, ce statut est destiné à des spécialistes (universitaires, juristes, etc.) intervenant régulièrement dans les médias sans qu’il soit pour autant donné un statut particulier à leurs écrits. Contrairement à la France, où les intellectuels et spécialistes ont droit à des tribunes qui n’engagent que leur point de vue et non la ligne éditoriale du journal, les intervenants extérieurs des journaux italiens participent pleinement à la ligne éditoriale du journal et leurs articles sont intégrés sans qu’aucun statut d’exception ne leur soit accordé. Cette intégration directe des intellectuels dans la sphère journalistique répond, de même qu’elle l’alimente, à une forte politisation des contenus éditoriaux des journaux.  Si, en France, la défiance envers la presse partisane est très marquée et le mot d’ordre de la neutralité objective prévaut, le journalisme italien est en effet beaucoup plus enclin à un traitement politisé de l’information et les journalistes ne cachent nullement leur grande familiarité avec le champ politique. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à franchir le pas en se présentant aux élections. L’inverse est également vrai.

En partenariat avec l’Alliance Internationale des Journalistes

 Intervenants :

Lorenzo del Boca et Marc SemoPaolo CONTI – Corriere della Sera
Marco SANTOPADRE – Directeur de Radio Citta Aperta (Rome)
Lorenzo DEL BOCA – Président de l’Ordine Dei Giornalisti
Alberto TOSCANO – Correspondant de Panorama, Il Riformista
Maria MAGGIORE – freelance (La Stampa, Liberal, Radio Popolare)
Giovanni MELOGLI – Megachip
Maurizio TORREALTA – Rai News 24
Peter GOMEZ – L’Espresso
Vittorio DI TRAPANI – Rai News 24, Secrétaire de l’Associazione di Giornalisti Scuola di Perugia

Animation : Marc SEMO – Journaliste envoyé spécial en Italie, ex-correspondant à Rome de Libération

A lire : La bio des invités
A lire : Bref aperçu du journalisme en Italie