Samuel Bollendorf

Portrait Samuel Bollendorf
Samuel Bollendorf est photographe et membre de l’agence
Œil Public depuis 1999. Il a réalisé des travaux photogr
aphiques qui
mettent en lumière un certain regard sur les institutions en France puis des
documentaires.  A partir de 2006, grâce
à une bourse du ministère de la Culture, il réalise "A marche
forcée", une série de clichés
sur les oubliés du
miracle économique chinois.

Pouvez-vous nous expliquer votre démarche pour ce projet en Chine ?

A l’origine, tout était prévu pour que l’exposition et le livre paraissent avant les Jeux Olympiques de Pékin. C’était mon objectif. Je me suis documenté bien avant de commencer mes voyages. Je savais ce que je voulais montrer et ce que je cherchais là-bas, où je devais me rendre. Tout était cadré mais évidemment sur place j’ai découvert d’autres aspects que j’ai voulu intégrer dans mes séries de photographies. En tout, j’ai fait 10 voyages, il y a forcément des découvertes que je n’avais pas programmées.

Comment s’est passée votre intégration avec les Chinois ?

Sur place, j’étais avec Abel Ségrétin, un correspondant de RFI à Pékin. Le fait que nous soyons étrangers a simplifié l’échange avec les Chinois. Je ne pouvais en aucun cas faire appel à un journaliste chinois pour sa sécurité principalement. Il ne faut pas non plus oublier qu’un traducteur chinois peut être un informateur, ce qui aurait fait peur à ceux que nous avons approchés. Les mineurs et les paysans avaient envie de nous parler, ils avaient confiance, et l’intégration s’est faite immédiatement. Pour les photographies d’industries, des fabriques ou des mines, je ne disais pas que j’étais journaliste officiel, je disais que j’étais étudiant en sociologie… La plupart du temps, nous ne restions pas longtemps dans un même endroit. Il fallait être mobile, se déplacer rapidement pour ne pas être pris pour autre chose que des touristes.

{xtypo_rounded_right1} Photo de Samuel Bollendorf"A marche forcée"

Voir une sélection de photos…

{/xtypo_rounded_right1}Dans une des séries, vous présentez la partie officielle de ce que le gouvernement a bien voulu vous montrer…

Qui dit visite officielle, dit encadrement, pas de libertés possibles. Les autorités nous montraient ce que l’on devait photographier. Tout était soigneusement préparé à l’avance. L’exposition commence par ces photos, c’est le passage obligé pour approcher les autorités. D’où le titre "A marche forcée". Dans ce cas précis où j’étais journaliste officiel, il y a eu des pressions. Toutes les photographies ont été prises en argentique et durant les voyages officiels, j’ai été obligé de développer les films en Chine. J’ai eu quelques parties de film confisquées, qu’on ne m’a jamais été rendues d’ailleurs.

Quel est selon vous l’avenir du photojournalisme ?

J’ai choisi d’être photojournaliste par envie de transmettre des
convictions politiques. Ce travail en Chine, c’est aussi une façon de mettre en avant une
certaine subjectivité face à des situations. Malheureusement, la presse ne finance plus de tel projet. C’est un
problème majeur du métier. Il faut alors aller voir du côté des
institutions. Par exemple, moi j’ai reçu une bourse du ministère de la
Culture. Ce n’est peut-être pas plus mal, cela permet une certaine
liberté et de proposer une information libre.



Propos recueillis par Tiphaine Bellambe

Photo : Œil Public


 

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :