Pierre Haski


Pierre Haski
Pierre Haski est cofondateur et collaborateur du site Rue 89. En 2000, le quotidien Libération pour lequel il travaille, l’envoie à Pékin en tant que correspondant. Durant ces cinq années passées en Chine, il y tiendra un blog "Mon journal de Chine" et écrira plusieurs ouvrages, dont le dernier Internet et la Chine est paru en mai 2008.


Pouvez-vous nous expliquer quelle était votre démarche pour l’écriture du livre Internet et la Chine ?

Je suis parti du constat qu’Internet était un véritable prisme pour comprendre la mutation de la Chine. Quand Internet est arrivé en Chine, le pouvoir a encouragé son développement pour des raisons économiques, ce qui a conduit très rapidement à l’émergence d’entrepreneurs du web qui sont devenus de grandes puissances économiques. Parallèlement, il y a eu une réaction presque immédiate d’une opinion publique que les autorités chinoises n’avaient pas exactement anticipée. Dans un pays comme la Chine où le contrôle est permanent il est intéressant de s’attarder, de creuser et de découvrir les méandres de l’explosion d’Internet : comment Internet a changé la société chinoise ? Comment Internet qui n’était au départ qu’un calcul économique a changé la donne en politique ?

Comment s’est passée votre intégration en Chine en tant que journaliste étranger ?

"Internet et la Chine"
Je n’ai jamais rencontré de difficultés majeures. J’étais correspondant, je faisais mon travail de journaliste. Cependant « Mon journal de Chine », le blog que j’ai créé quand je vivais là-bas, a été bloqué pendant 6 mois. Le contrôle d’Internet est permanent. Les outils sont très performants et tous commentaires, articles d’opinion – surtout lorsqu’il est question du gouvernement –, sont censurés. Mais, il est possible de contourner ces surveillances.

Malgré ce contrôle et cette répression d’Internet, pensez-vous que les choses peuvent encore évoluer en Chine ?

Pierre Haski : Il y a une « zone grise » qui s’est développée dans laquelle l’opinion publique peut s’exprimer. Les autorités la laisse vivre. Il y a toutefois une ligne rouge à ne pas franchir. Prenons un exemple concret : Samedi 28 juin, une jeune fille chinoise est mystérieusement décédée dans un hôpital. Des protestations ont immédiatement éclatées contre la conduite d’une enquête sur cette mort. L’information s’est très vite propagée grâce aux photographies et textes mis en ligne par des internautes. Et dès le dimanche 29 juin, la plupart des pages Internet faisant référence aux émeutes étaient inaccessibles. Internet est donc un réel vecteur d’expression. C’est une évolution incontestable pour les chinois malgré le contrôle des autorités. Je pense que les autres médias en Chine sont dans une situation bien plus sombres.

Propos recueillis par Tiphaine Bellambe

Plus d’infos sur Internet et la Chine de Pierre Haski
Le site Rue 89
Le blog "Mon journal de Chine" de Pierre Haski

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :