Patrick de Saint-Exupéry

En ce qui concerne ses Carnets d’Orients, l’ensemble est vrai, mais la réalité est arrangée par moment. Le récit graphique c’est avant tout le texte et l’image, contrairement à des récits uniquement en images comme les fresques préhistoriques par exemple. Mêler le texte et l’image, c’est peut-être ce qui est le plus compliqué à réaliser. Il faut trouver un équilibre. D’un point de vue journalistique, c’est formidable ! De la même manière qu’on raconte par des textes ou des photos, on raconte par des images et des mots. En ce sens le récit graphique reprend les codes de la BD.

Le récit graphique, c‘est lorsqu’un auteur de bande dessinée devient journaliste pour faire du reportage…

On accorde une place privilégiée à ce genre dans la revue XXI. Mais nous on ne parle que d’auteurs, jamais de journalistes, d’illustrateurs ou d’auteurs de bande dessinées. Le journaliste a forcément un regard, pour moi il n’y a pas de récit objectif. En revanche il y a un engagement du journaliste qui est d’être dans le récit : J’étais là, j’ai vu, je raconte. Mais cet engagement, un auteur d’une manière générale peut l’avoir. On accepte le regard en journalisme. Le regard c’est parler d’un sujet plutôt qu’un autre : pourquoi parler d’une chaussure rouge plutôt qu’une écharpe verte ? Il y a forcément un choix qui est inéluctable. On peut mettre du « je » tant qu’il n’est pas égocentrique et renvoie sur les autres. On accepte le regard mais pas le point de vue. Le point de vue c’est lorsqu’on sort de l’histoire. Le journaliste est envoyé sur place pour être dans l’histoire et doit donc coller au terrain. Dès qu’on rentre dans le point de vue, on sent qu’il surplombe l’histoire, qu’il est au-dessus… Et là ça ne va plus. Pour moi il y a une énorme différence entre le regard et le point de vue, entre être dedans et au-dessus.

Le récit graphique, c’est une façon de raconter pour atteindre un autre public, plus large, plus jeune…

Le récit graphique, c’est une des manières de raconter le monde. Quand on a eu l’idée de la revue XXI, on voulait rassembler l’univers du récit et les gens qui sont attirés par le récit du monde. On raconte en texte, on raconte en photos, on raconte au travers du documentaire audiovisuel ou bien au travers du récit graphique. Tous les univers du récit sont réunis. Cet assemblage de gens qui d’habitude ne se fréquentent pas beaucoup est passionnant : Les dessinateurs découvrent les journalistes et inversement. Chacun est très curieux de la manière de travailler de l’autre et on le sent bien ici à Bayeux. Et du point de vue du lecteur, il y a toujours le même constat d’une exigence : tous ces auteurs se sont engagés à raconter les choses au plus près et au plus juste, de la manière la plus limpide et honnête possible, en acceptant le regard mais en refusant de surplomber les choses.

Propos recueillis par Daphné Kauffmann

Le site de la revue XXI
Le site du Prix Bayeux-Calvados

A découvrir aussi sur le même sujet :
Lucas Menget : « Ce n’est pas au gouvernement de nous dire comment on doit travailler ! »
Caroline Wyatt, première femme Présidente du Prix de Bayeux (vidéo)

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :