M.Bourdoncle

afja_logo_150.jpg
L’Association française des journalistes de presse agricole (AFJA) représente près de 200 journalistes professionnels en France. Ils travaillent pour la presse spécialisée ou tiennent des rubriques dans des médias généralistes (France 3, Le Monde…). Michel Bourdoncle, secrétaire général de l’AFJA, nous confie ses craintes sur l’avenir de cette profession.

Les journalistes agricoles ont-ils un profil différent de celui des journalistes généralistes ?

C’était vrai autrefois. Ca l’est moins maintenant. Néanmoins, les journalistes agricoles ne s’adressent pas au même public, et ils conçoivent l’information pour les attentes des agriculteurs dans la presse spécialisée. Dans notre secteur il y a encore beaucoup d’autodidactes. Un certain nombre de journalistes de la presse agricole n’ont pas suivi une formation  longue de journaliste,  ils ont appris sur le tas. En revanche beaucoup bénéficient d’une formation pointue en agriculture, ils sont souvent ingénieurs. Il est plus facile d’acquérir les techniques du journalisme que de suivre une formation sur plusieurs années pour maîtriser les techniques agricoles.

A quoi sert l’AFJA ?

Nous animons le "PAF" : le "Paysage Agricole Français". Chaque fois qu’il se passe un évènement important dans le monde agricole, nous essayons de réagir et de décrypter les choses en organisant des débats et des voyages de presse à destination de nos adhérents. Les derniers en date ont été des rendez-vous sur le Grenelle de l’environnement et l’avenir de la PAC.

Quelle est la situation du journalisme agricole aujourd’hui ? Quels sont les défis à relever pour les journalistes agricoles ?

Globalement, il faut reconnaître que c’est un secteur plutôt en déclin, du moins en ce qui concerne notre public cible et pour ce qui est des sujets spécifiquement agricoles, car nous sommes face à une population d’agriculteurs qui diminue. Dans cinq ou dix ans, il y aura certainement moins de journalistes agricoles spécialisés qu’à l’heure actuelle. En revanche, les sujets relatifs à  l’environnement, le rural, l’alimentation et d’autres sujets de ce type vont être plus prégnants dans les années à venir. Nous allons devoir élargir nos centres d’intérêt de l’agriculture vers ces nouvelles thématiques qui attireront d’avantage le grand public. Il y a aussi le défi des nouvelles techniques de l’information et notamment celui de montée en puissance d’Internet. Nous devrons nous y adapter.

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :