J-C. Ogier

Jean-Christophe Ogier

L’Association des critiques et des journalistes de BD (ACBD) est née en 1984. Elle réunit 74 membres, journalistes et chercheurs, tous aficionados de la Bande dessinée. Jean-Christophe Ogier, son président, anime une chronique hebdomadaire sur la BD depuis 14 ans sur France info. Il nous explique la raison d’être de cette association.


Comment est née l’association des critiques et des journalistes de BD ?

C’est au festival d’Angoulême que se sont rencontrés les premiers journalistes de l’association. Nous sommes tous des passionnés car il n’y a pas de « service BD » dans les journaux, comme il pouvait y avoir un « service cinéma » par exemple. Pour être membre, il faut donc produire régulièrement des articles sur la Bande dessinée ou avoir écrit un ouvrage de référence sur le sujet.

A quoi sert l’ACBD?

Nous avons vocation à être un interlocuteur pour les éditeurs, les festivals, le monde de la BD. Chaque année nous remettons le Grand prix de la critique au meilleur titre de l’année et nous publions un rapport annuel de la BD qui fait référence dans le métier. Les journalistes de BD étant souvent isolés, notre but est aussi de se rencontrer et d’échanger autour de notre passion commune.

Votre association existe depuis 23 ans. Aujourd’hui, la BD a-t-elle gagné ses lettres de noblesse dans le journalisme ?

Les jeunes journalistes qui ont commencé à parler de BD hier occupent aujourd’hui des postes de direction. Ils ont peu à peu pu faire en sorte que les médias traitent ces sujets. Les rédactions en parlent de plus en plus, mais ce n’est pas encore à la hauteur par rapport au poids économique et patrimonial que représente la Bande dessinée en France. Il se vend près de 40 millions de BD par an et elle touche beaucoup de monde. Mais les critiques littéraires ne parlent toujours pas de la BD et ont encore l’image de quelque chose d’enfantin.

 


Propos recueillis par Bahar Makooi

Le site de l’ACBD

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :