Guillaume Herbaut


Guillaume Herbaut

La revue 2008 de l’agence de
photographes Œil Public a été présentée en exclusivité samedi 30 août à
Perpignan, dans le cadre du festival Visa pour l’image.

"Comment
peut-on aborder la violence en tant que photographe et comment peut-on
la retranscrire ?" Guillaume Herbaut, cet enfant de Visa et membre
fondateur de  l’Œil Public, nous explique le contenu de ce second
numéro qui emprunte son titre à Dostoïevski..
.

Quel est le concept de la revue ?

{xtypo_rounded_right1} Galerie photo : extraits de la revue "Œ" 2008
Photo de Guillaume Herbaut
Lire la suite
{/xtypo_rounded_right1}

Il s’agissait tout d’abord de créer un espace de liberté et de
réflexion autour de la photographie. Dans la presse écrite il y a de
moins en moins de place pour la photo. On voulait créer un espace qui
permet de prendre le temps de regarder les travaux des photographes,
pour que le travail soit compris dans son ensemble et pas seulement à
travers une double page dans un magazine. On voulait aussi que la revue
ne soit pas seulement celle des photographes. C’est pour cela qu’on a
fait appel à des journalistes, des écrivains, un historien. Nous
voulions que cette réunion donne un contenu qui fasse réfléchir.
L’autre spécificité de la revue est qu’elle est bicéphale, c’est à dire
qu’elle est autant conçue pour Internet que pour le papier. Pour
survivre, nous pensons qu’il est nécessaire de créer des objets, entre
le livre et le journal, que l’on ait envie de garder dans sa
bibliothèque. Il y a une revue Internet qui est la continuité de la
revue papier. La ligne éditoriale est la même sauf que sur le Web il y
a des choses en plus comme de la vidéo et du son.

Pourquoi avoir choisi le titre "Crime et châtiment" ?

Le choix de ce titre – référence au roman de Dostoïevski – est un
prétexte pour aborder la thématique de la violence. Il n’y avait pas
meilleur titre, d’autant plus que notre travail est extrêmement lié à
cela : Comment peut-on aborder la violence en tant que photographe et
comment peut-on la retranscrire ? Et puis il y a aussi cette notion de
« châtiment », sa relation avec le travail du photographe-témoin… La
phrase de Dostoïevski que nous avons citée au début de la revue traduit
très bien cela. (Lire la citation)
Si les photographes et les journalistes ont choisi ce métier, c’est
d’une part pour témoigner mais aussi  parce qu’ils ont des choses à
régler. Certains photographes disent qu’ils font ce métier juste pour
témoigner… Je pense que ce n’est pas totalement vrai. C’est aussi un
prétexte pour raconter d’autres choses qui ne sont pas de l’ordre du
témoignage. C’est là où la photo devient encore plus intéressante,
lorsqu’elle dépasse le premier degré et qu’elle emmène ailleurs.

{xtypo_rounded_right1} Œil Public, "la seule agence de photographie de presse indépendante en France…

Lire la suite  {/xtypo_rounded_right1}Dans
la revue, six photographes apportent leur regard sur la violence… Selon
vous, comment montrer l’horreur sans provoquer le rejet du lecteur ?

Chaque portfolio aborde la thématique mais le regard, la façon
d’aborder la violence sont différents. Avec les six photographes
choisis, on peut parfois voir la violence simplement dans le regard des
gens ou dans les paysages.
Je pense que face à l’horreur des images, on a souvent deux types de
réaction : le refus total – on ferme le magazine – ou bien on s’oblige
à regarder, et à force de regarder, on est totalement vacciné par ces
images. Il faut arriver à trouver un équilibre entre l’horreur brute et
en même temps il ne faut pas qu’elle soit banalisée. Il faut
accompagner le témoignage d’autre chose, afin que la violence soit
comprise ou plutôt que la photo qui montre cette violence explique
pourquoi elle a eu lieu. On assimile trop souvent le photographe au
justicier, celui qui a le "regard juste". Mais ce statut de héros ne
fait pas du tout réfléchir les gens. Pour faire réfléchir, on ne doit
pas seulement montrer les pauvres dans la rue, mais plutôt essayer
d’expliquer pourquoi cette personne est à la rue et pourquoi le système
dans lequel on vit l’a mise à la rue. Je pense qu’aujourd’hui nous
sommes dans une société basée sur l’image, une société de plus en plus
lisse. Or la photo ne doit pas être lisse justement, afin de provoquer
une réflexion.

Couverture de la revue | © Œil Public

Propos recueillis par Tiphaine Bellambe


Le site de l’agence Œil Public


Le site de Visa pour l’Image

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :