Frédéric Pons

Qu’est-ce que l’AJD ?

C’est un regroupement de journalistes et de « membres associés ». Ces derniers sont des romanciers, des éditeurs, des chercheurs ou des militaires. Ils ne votent pas à nos assemblées générales mais ont des intérêts en commun avec nous. Le but de notre association est de mettre en synergie nos réseaux, nos contacts, nos compétences et nos expériences. C’est très important, car le secteur de la Défense est très difficile à percer. Tout ça nous aide dans notre travail.

Quelles sont vos activités ?

Nous organisons des déjeuners avec des généraux, des ambassadeurs ou des industriels de la Défense. Nous publions aussi un annuaire professionnel de la Défense. Nous publions aussi un bulletin mensuel, AJD-Info, dans lequel nous donnons les coordonnées de certains services de communications, des portraits de communicants aussi. Nous tenons informés nos membres de l’avancée de nos voyages. Ceux-ci sont organisés à l’initiative de nos membres et financés en partie par l’AJD. Ils permettent à nos membres de réaliser des reportages. Par exemple, nous sommes déjà partis en Israël et nous nous apprêtons à aller en Colombie. L’AJD, son expérience et ses contacts, facilite ce genre de projet.


logo-ajd.jpg Vous organisez aussi en partenariat avec le Dicod (Direction de la communication de la Défense) des stages de perfectionnement pour les journalistes.

Nous organisons deux stages à destinations des journalistes. Il y a celui au Centre national d’entrainement commando de Mont-Louis (Pyrénées-orientales). Le but est de sensibiliser aux risques de guérillas urbaines et aux déplacements en zones de conflit. C’est un stage de prévention et d’aguerrissement. L’autre stage se déroule au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie à Saint-Astier en Dordogne. Il donne les infos nécessaires aux journalistes pouvant être amener à travailler lors de situation maintien de l’ordre de haute intensité et de violences urbaines. Je pense qu’un jeune journaliste à tout intérêt à faire ces stages et à les mettre sur son CV. Cela lance un bon message à un rédacteur en chef : « ce journaliste se donne les moyens d’être efficace sur le terrain et  il a appris à garder son sang froid lors de situations délicates. »

 

Liens :

Le site de l’AJD.

Plus d’informations sur les stages de l’AJD et du Dicod. Chaque stage coûte une centaine d’euros. L’hébergement est assuré.

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :