« Pour la création d’un Fonds d’investissement dédié à la presse », par J. Gautrand

Jacques Gautrand
Spécialiste des médias, consultant éditorial, Jacques Gautrand est
éditeur du site Consulendo.com consacré aux problématiques
entreprise-économie-communication.
Journaliste économique de métier, il a  débuté à la Société Générale de
Presse, puis a été rédacteur en chef adjoint au Groupe Jeune Afrique et
rédacteur en chef délégué au Groupe Expansion.

Le lancement début octobre des Etats généraux de la presse écrite sous l’égide de l’Elysée suscite autant d’intérêt que d’interrogations parmi les professionnels d’un secteur en crise. Les journalistes s’inquiètent de l’avenir de leur métier. L’affaiblissement, voire la perte de leur pouvoir de décision au sein des sociétés éditrices sont-ils inéluctables ?

Après les charbonnages, le textile, la sidérurgie, la presse imprimée est la dernière grande industrie du 19ème siècle à vivre une longue et difficile période de restructurations.

D’aucuns n’ont pas hésité à annoncer la mort prochaine des journaux par K.O. face à Internet… Une issue fatale qui n’est pourtant pas la plus probable : il se crée toujours, bon an mal an, de nouveaux titres, notamment dans la presse magazine.
Le cinéma et la télévision n’ont tué, comme certains le redoutaient, ni le théâtre ni le livre.
Tous les médias vivent, par contagion, des métamorphoses successives ; les nouveaux arrivants obligeant les "traditionnels" à se transformer, parfois radicalement.

Syndicats et associations de journalistes ont exprimé leurs réserves quant aux résultats à attendre de ces Etats généraux, soupçonnant l’Elysée de préparer le terrain à de nouvelles concentrations ou de vouloir renforcer le pouvoir capitalistique de certains éditeurs de presse…

La dégradation des conditions de travail dans les rédactions, la compression des effectifs, les politiques d’externalisation, la paupérisation des pigistes…  conduisent les journalistes à s’interroger, avec des inquiétudes légitimes, sur leur avenir professionnel, sur celui de leur métier, sur leur place dans la société et sur leur rôle dans le fonctionnement des démocraties modernes.
D’autant que ces dernières années, s’est installée une forme de divorce entre citoyens et médias, souligné par des études récurrentes comme le Baromètre TNS Sofres/La Croix.   


Entre bien public et "marchandise"

Dans nos économies de marché, l’information est à la fois un bien public, condition même de la vie démocratique, et un bien marchand.

Pour paraphraser Malraux, si l’information est un art, elle est aussi une industrie : elle se produit, elle se stocke, elle est distribuée, rétribuée, elle s’achète, elle se vend …

Si bien que nombre d’éditeurs tiennent aujourd’hui l’information pour un "produit" comme un autre, un "contenu" destiné à remplir des "tuyaux", à "animer" des canaux…

En même temps, un journal ne peut être considéré comme un « produit de consommation courante » comme un autre, car il est un élément de la citoyenneté. Il revient à la presse d’information d’éclairer l’opinion des citoyens. Elle est un des acteurs indispensables de l’éducation à la démocratie.

C’est pour cela qu’un arsenal de lois, règlements, dérogations, subventions, statuts spéciaux et autre corporatisme, encadre, au motif de la "préserver", la presse française.

Or cela n’a empêché ni l’accumulation par certains journaux de déficits d’exploitation récurrents, ni l’érosion du lectorat, ni la cession ou l’arrêt de titres.

Hubert Beuve-Méry, fondateur du journal "Le Monde", écrivait en 1956: "la presse doit pouvoir s’industrialiser et demeurer saine. Elle ne doit pas être une presse…d’industrie."


Un défi toujours d’actualité.

Rappelons que les sociétés de presse sont aussi … des entreprises. Elles doivent équilibrer leurs comptes pour assurer leur pérennité.

Comme dans d’autres secteurs d’activité, ces entreprises obéissent à la loi de la concentration, à la recherche d’économies d’échelle. On voit ainsi se constituer, à l’échelle planétaire, des conglomérats de médias qui intègrent quotidiens, magazines, livres, chaînes de radio, de télévision, portails Internet, labels musicaux, sociétés de production, jeux vidéo… à l’instar de News Corp. du Magnat Rupert Murdoch. Si l’Europe est concernée par ce processus de concentration, on notera que, dans le domaine des médias, la France ne peut se prévaloir de champion de taille internationale.

Entre conglomérats internationaux et publications artisanales, existe-t-il un espace pour des sociétés de presse indépendantes, proposant des produits de qualités – déclinés sur différents supports (cela est désormais incontournable) – et rentables ?

Tel est le défi auquel les éditeurs de presse français sont confrontés.

L’information a un prix…et elle a aussi un coût. Qui est prêt à l’assumer ?

Les journalistes sont de plus en plus tributaires des logiques économiques des groupes qui les emploient …  logiques sur lesquelles, à quelques exceptions près, ils pèsent de moins en moins.

Au cours des années passées, les journalistes ont cédé le pouvoir au sein des groupes de presse aux éditeurs, venus de l’industrie, de la finance ou du marketing.
Au nom d’une séparation stricte entre ce qui relevait de l’éditorial et de la gestion.
Le résultat aujourd’hui est que les objectifs de gestion imposent les conditions de la "production éditoriale" … et que le pouvoir de décision des journalistes au sein des entreprises de presse est particulièrement affaibli.


Reconquérir le terrain abandonné

Comment les journalistes peuvent-ils reconquérir leur pouvoir et peser significativement sur les orientations stratégiques des sociétés éditrices ?

Ils peuvent le faire en décidant de s’investir dans le capital de ces sociétés.

A condition de fixer des règles de bonne gouvernance et d’éthique, l’alliance du capital intellectuel et du capital financier me paraît un levier de progrès.

L’expérience montre que l’indépendance éditoriale des journaux repose largement sur la santé économique des sociétés qui les éditent. Des entreprises structurellement déficitaires ne peuvent porter durablement une information libre et de qualité… A moins d’être vouées à la marginalisation ou à toutes sortes de compromissions ou d’expédients.

Les sociétés des rédacteurs (encore trop peu nombreuses) se révèlent des contre-pouvoirs pertinents, mais elles n’ont guère le moyen de peser sur les évolutions capitalistiques ni sur les changements d’actionnaires.

Pour cela, il faudrait que les rédactions deviennent des actionnaires de poids.

Trop peu d’entreprises de presse ont ouvert leur capital à leurs collaborateurs. Il est vrai que cette association paraît encore suspecte aux yeux de certains salariés et syndicats dans un pays où le mot capital a toujours des relents sulfureux…
Gageons que la crise financière n’arrangera pas cette perception.

Pourtant c’est maintenant qu’il faudrait largement populariser l’actionnariat salarié… dans l’économie réelle ! Les entreprises qui renforceraient ainsi leurs capitaux permanents seraient moins dépendantes des marchés financiers. 

A côté de l’actionnariat salarié propre à chaque société, on peut aussi imaginer une forme d’actionnariat salarié "mutualisé" pour la presse.


Besoin de fonds propres dans une perspective de long terme.

La presse d’information a besoin de "capitaux longs" ; elle a impérativement besoin d’investisseurs en fonds propres de long terme.

Des fonds privés de capital investissement (Private Equity), souvent d’origine anglo-américaine, ont pris des participations dans les médias. Ces fonds opèrent dans une logique de revente (au bout de cinq-sept ans) à un autre investisseur, à un industriel, ou en Bourse, motivés par la perspective de plus-values. Dès lors, ils sont conduits à ne s’intéresser qu’aux "cibles" les plus profitables et à forte croissance…

Ce qui pose inévitablement la question de la gouvernance des entreprises de presse.

C’est pourquoi je suggère le lancement d’un Fonds national d’investissement spécialement dédié aux médias d’information qui aurait un horizon de long terme et dont l’actionnariat serait prioritairement ouvert aux journalistes et aux professionnels de la presse.

En proposant les actions de ce Fonds aux quelque 40 000 journalistes professionnels (en activité et retraités), on pourrait, sur la base d’une souscription individuelle moyenne (hypothèse basse) de 500 euros par actionnaire, espérer lever un capital initial de 20 millions d’euros…
Ce capital de base devrait être "abondé" par une participation durable de la Caisse des Dépôts, institution publique – pilier d’un futur "Fonds souverain" à la française – et qui est aujourd’hui un des acteurs majeurs du capital investissement de proximité. On pourrait d’ailleurs légitimement envisager "d’adosser " la gestion de ce Fonds pour la presse à la Caisse des Dépôts.

La BEI (Banque européenne d’investissement) pourrait aussi être sollicitée pour apporter des capitaux complémentaires, puisqu’il entre dans sa mission de financer les PME européennes.
 

Ce Fonds dédié à la presse et aux médias d’information
devrait avoir l’objectif de mobiliser, dans un premier temps, quelque 50 millions d’euros pour ses opérations. Selon les professionnels du Private Equity, il faudrait viser de réunir un capital de 100 millions d’euros pour disposer d’une capacité d’intervention suffisante. 
Dans cette perspective, il faudra imaginer un montage juridique qui puisse garantir la majorité des droits de vote aux actionnaires issus des métiers de la presse (quand bien même ils ne détiendraient pas la majorité absolue du capital).

Ce Fonds disposerait alors d’une marge de manœuvre appréciable pour investir non seulement dans des entreprises de presse menacées de démantèlement ou d’OPA hostiles, mais aussi dans des médias indépendants ayant besoin de renforcer leurs capitaux permanents, ainsi que dans la création de nouveaux titres.

Pour faciliter la transmission de certains médias, il permettrait de monter des opérations de LMBO (leveraged management buy out), c’est-à-dire la reprise de l’entreprise par les journalistes et l’encadrement, en mixant capitaux propres et endettement bancaire… Une technique qui a fait ses preuves dans d’autres secteurs. A condition que les effets de levier ne soient pas totalement extravagants !

Le choix de stratégies éditoriales privilégiant la complémentarité papier-web (voire des diversifications multimédias) ainsi que des ambitions transfrontalières en Europe ou dans les pays riverains de la Méditerranée, seraient de nature à séduire des investisseurs minoritaires – privés ou institutionnels – pour compléter le "tour de table" de ce Fonds spécialisé.

Reste à convaincre la communauté des journalistes de ne pas se laisser enfermer dans un rôle de "producteurs de contenu", mais aussi d’oser prendre le risque de devenir des investisseurs et des actionnaires pour "produire" l’avenir de leur métier.

Un Fonds d’investissement dédié, doté de règles de gouvernance et d’éthique bien balisées, mutualisant les capitaux levés et donc réduisant le risque, peut se révéler un support attrayant.

Jacques Gautrand


http://www.consulendo.com
 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :