Mardi 15 janvier 2008 : « La secrétaire d’Etat »

 

Départ tôt ce matin. Nous avons rendez-vous au ministère des Affaires Etrangères. Et ici comme ailleurs, ce sont des gens qui ne rigolent pas toujours. Avec des horaires, des rendez-vous, des bureaux, des badges… Pas des miliciens, quoi.

Sur Karrada, premier embouteillage. Mais ça passe. Arrivée sur Saadoun, bloqués. Un quart d’heure. Une demi-heure passe. Nous n’avançons pas d’un pare-choc. Déjà, un embouteillage à Bagdad, ce n’est pas très agréable par les temps qui courent. Trop de monde, pas de possibilité de s’échapper. Les coups de fil entre mon chauffeur et les gardes, derrière, deviennent de plus en plus fréquents. La fumée noire qui s’échappe d’une voiture sur deux sature l’air. Plus besoin de fumer. Les klaxons, modèles Moyen-Orient (longs, forts, et à usages illimités) s’énervent. Une heure.

Personne ne comprend. "C’est bizarre, on a pas entendu d’explosions, ni de sirènes". Pas d’attentat pour le chauffeur. "Ou pas encore". Coups de téléphones. Pour s’excuser. Mais le fonctionnaire, notre contact, lui aussi, est bloqué à l’autre bout de la ville.  Et ne sait pas pourquoi.

La réponse vient de la rédaction en chef. « Hello Lucas, tu peux être en direct le plus vite possible ? Parce que Condi Rice vient à Bagdad !». Et merde. Bloqué au milieu de Bagdad avec un direct à faire. Au moment où la Maison Blanche annonce le départ de Condi, la radio irakienne confirme qu’elle est en fait déjà arrivée.

Au moins, nous savons pourquoi nous sommes bloqués. Quelques minutes à peine, et les hélicoptères de Blackwater survolent le centre-ville. De petits hélicos nerveux et rapides. Un bruit de grosse guêpe. Des mercenaires assis sur les marches pied, mitrailleuse en main. Chargés, pour le compte de l’armée, de s’assurer que l’embouteillage est efficace et que personne n’approche la zone verte.

Je fais part à l’équipe de l’impossible défi : demi-tour.  25 minutes avant le direct à  l’antenne. « Inch’allah », dit Ali, qui fait monter la Chevrolet sur le trottoir. Tranquille, il passe sous le nez d’un blindé irakien. Puis, d’un geste de la main, demande à un policier bien installé dans son pick-up de reculer. Chose faite, tout en maugréant une réponse peu amène avec d’autres signes de la main.

Depuis plusieurs jours, la rumeur se répandait : Bush va venir en Irak. La presse américaine s’y préparait. Au cas où. "De toutes façons, on l’apprendra certainement une fois qu’il sera parti", m’expliquait Mark.  Finalement, c’est la secrétaire d’Etat. 

La dame est en ville. Ou presque. En zone verte, pour une heure ou deux.

Voitures bloquées, il n’y ni files ni feux. Des conducteurs qui s’énervent. S’insultent par les fenêtres. Sortent des voitures pour crier plus fort. Hurlent sur les policiers. Condoleeza Rice, elle,  est venu "encourager le Premier Ministre à aller plus loin sur la voie de la réconciliation nationale." A Bagdad, aujourd’hui, ça n’avait pas l’air gagné. A moins, que, au contraire… Un embouteillage, signe fort d’unité ?

Nous sommes à l’heure pour le direct.

Bonne nuit, bonne journée,

Lucas

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :