Lundi 28 janvier : « L’’Amérique »

En Irak, aussi, on fait de la politique. Tous les jours, avec ardeur. Les télévisions retransmettent, ici aussi, les interminables débats au Parlement. Les discours des ministres, les conférences de presse. Aujourd’hui, c’est le budget. Personne n’est d’accord, et il y a peu de chance qu’il soit voté. Les vacances parlementaires approchent. Personne ne sait combien de temps elles dureront.

Il y deux semaines, les médias  irakiens et internationaux célébraient la loi sur « la transparence et la réconciliation ». Une loi pour autoriser le retour des anciens membres du parti Baath dans les administrations. « A condition qu’ils n’aient pas de sang sur les mains ». Qui permet aussi aux anciens cadres du régime de Saddam Hussein de toucher leur retraite. Une loi voulue par Washington, qui a fait pression pour que le Parlement l’adopte au plus vite. Et pourtant…. Qui se souvient de Paul Bremer ? En mai 2003, cet administrateur colonial de l’Irak interdisait le parti Baath, et l’armée irakienne. Il aura fallu 5 ans pour comprendre l’erreur…
Aujourd’hui, j’apprends que cette loi n’est en fait pas passée. Et qu’elle ne sera pas appliquée avant… personne ne sait, en fait. Pour que la loi soit appliquée, il faut qu’elle soit signée par le Président, ses vice-présidents, le Premier Ministre, et ses vice-premier ministres : autant dire que plus personne n’en parle.

« La loi sur la transparence et la réconciliation est un grand succès ». Ce sera dans le discours de George Bush, cette nuit, quand les irakiens dormiront. Ce doit être pour ça que le discours sur l’Etat de l’Union est aussi tard. Pour ne pas déranger les irakiens qui dorment. Il parlera sans doute de la baisse de la violence. Du nombre d’attentats en diminution. Des sunnites qui se sont ralliés à sa cause.

Tout à l’heure, 5 soldats américains ont sauté sur une mine à Mossoul. Tous morts. Ils étaient en patrouille dans une rue calme. La semaine dernière, le commandant de la police de Mossoul était tué. Le commandant. L’homme le plus protégé de la ville. Hier, 5 étudiantes étaient enlevées dans l’enceinte de l’Université de Bagdad. « Sans doute parce qu’elles parlaient un peu fort et qu’elles faisaient les fières », m’a-t-on expliqué.

En août, George Bush venait en Irak serrer la main d’Abou Richa. Le fondateur des milices Al Sahwa, près de Fallujah. Ces valeureux guerriers passés du côté américain « par amour de la démocratie ». Va-t-il se souvenir qu’Abou Richa a été tué 5 jours après cette célèbre accolade ? Il est mort quand un membre de sa propre famille a fait exploser sa veste piégée en l’embrassant. Les irakiens, eux, s’en souviennent. Les 80 000 miliciens d’Al Sahwa attendent. Mais pas très longtemps. Ils veulent leur part du pouvoir. Hier, le commandant de la police de Fallujah, installé par les américains, se souvenait : « Le jour de la chute de Saddam a été le pire jour de ma vie ».

Ce sont donc eux.  Les nouveaux amis de l’Amérique. Que George Bush va remercier cette nuit. George Bush va parler. L’Amérique écoute. Les Irakiens dorment. Demain, ils souriront peut-être un peu.

Bonne nuit. Bonne journée.
Lucas 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :