Jeudi 10 janvier 2008 : « Rendez-vous en ville »

 

Aller à Adamiyah, c’était impossible il y a 3 mois. Trop dangereux. Trop incontrôlé, et tenu par Al Qaïda. C’est juste un quartier de Bagdad, majoritairement sunnite. Où l’on ramassait le matin les cadavres de nuit, comme des ordures dans une autre ville.
Aujourd’hui, c’est faisable. On a donc rendez-vous.

On aurait pu mettre 20 minutes. Il a fallu deux heures. En entrant sur le pont du 14 juillet, on se retrouve derrière 3 "strickers", les nouveaux blindés américains. D’énormes bêtes blindés, grillagées. 12 soldats dans chaque véhicule, sans fenêtres. A l’intérieur, les GI’s peuvent voir le monde extérieur sur des écrans plats. L’Irak, à la télé, et avec clim. Sur le toit, une civière, arrimée comme une bouée.

Il doit se passer quelque chose. Quelque part. Une soudaine tension. Les strickers roulent à 10 kilomètres heures. Devant eux, des bras articulés qui tiennent des chaînes. Les chaînes raclent le sol, pour faire exploser les éventuelles mines.

Nous, derrière, à 150 mètres. Comme l’oblige le panneau accroché au dos du dernier blindé. L’embouteillage se forme. On se détend. Ca va être long. Regards, échanges de sourire. Mes gardes sortent de leur voiture, et marchent à côté de la mienne. Je me demande si ce n’est pas un peu trop visible. Ils se disent la même chose, ou se lassent. Et remontent dans la leur.

Des hélicoptères volent, passent et repassent. Rien à la radio. Rien au téléphone. Il doit pourtant se passer quelque chose. Les palmiers des bords du Tigre ne bougent pas. Figés par les 6°,  rare froid bagdadi.

Arrivée à Adamiyah. Enfin, après les chicanes et les check points du "Réveil", ces milices sunnites anti-Al Qaïda.  "Un jour ils sont pour, un jour contre. Le problème, c’est qu’ils ne préviennent pas …" Rire du chauffeur. Son fatalisme explique toute la fragilité du calme du mois de décembre.

Interview rapide : la police vient frapper à la porte de la maison. L’étranger ne doit pas rester ici. C’est interdit.

Aller à Adamiyah, c’est donc possible.

Sur la route du retour, une information à la radio : les bombardiers américains viennent de larguer 18 tonnes de bombes sur caches d’Al Qaïda. A 7 kilomètres de Bagdad. C’était donc ça.

Dans le centre ville, les vitres de la Caprice tremblent. Une explosion. Les voitures s’arrêtent. Embouteillage. Interdiction de bouger. Deuxième explosion : double attentat piégé rue Saadoun, la rue la plus commerçante de Bagdad.

Un bombardement, deux attentats. Un matin, à Bagdad.
Le calme, comme les vitres, a volé en éclat.
 
Bonne nuit, bonne journée,
Lucas

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :