Les Etats généraux de la presse : Ce qu’ils en attendent…


Dominique Pradalié Pour le Syndicat National des Journalistes,
Dominique Pradalié, secrétaire générale : « Reconnaître les équipes rédactionnelles »

J’émets certaines craintes face à cette initiative. Notamment, sur une éventuelle concentration des médias qui aboutirait à une tentation plus grande de contrôler les rédactions.
Nous attendons une remise à neuf de toutes les aides apportées à la presse et en particulier une proportionnalité et une transparence. Depuis des mois, nous alertons l’Etat et les employeurs sur la détérioration de la situation des médias en France mais nos appels n’ont jamais été entendus et nous n’avons reçu aucune réponse.

Il est nécessaire que les choses changent et évoluent dans le bon sens. Jusqu’à présent les protections étaient individuelles, il faut aller vers une reconnaissance des équipes rédactionnelles afin de déconnecter l’entreprise de ses commanditaires. D’autre part, la protection des sources doit être garantie par une loi et il faudrait également s’attaquer au système des NMPP qui datent de la Première Guerre
Tout citoyen a droit à une information de qualité. L’information est un bien public ni les propriétaires des médias ni le patronat ni les gouvernants ne doivent en disposer à leur gré.

Propos recueillis par Tiphaine Bellambe

A lire aussi sur le même sujet :

Patrick Le Hyaric : « Maintenir et développer le pluralisme de la presse »
François Malye : « Des réformes pour transformer radicalement le marché »
Yves Agnès : « L’information, sinon rien »
Pierre Haski : « Aider le secteur Internet à se développer »
Marie Pottier : « Défendre les médias traditionnels sans négliger le numérique »
François Devevey : « Donner à la presse quotidienne d’information les capacités d’être à égalité avec les autres médias »
Dominique Candille : « Les Etats généraux risquent fort d’être une grande messe médiatique »