Les critères d’attribution de la carte


Pour obtenir la carte de presse, les candidats doivent remplir plusieurs conditions :

Un document justificatif – justifier d’une occupation régulière : 3
mois consécutifs d’activité professionnelle pour une première demande,
un an pour les renouvellements. Joindre tous les bulletins de salaires
sur cette période. Le candidat doit avoir travaillé de façon régulière,
c’est un critère obligatoire sauf dans le cas d’une grossesse, ou d’une
interruption d’activité causée par une maladie. Il faudra alors joindre
les justificatifs adéquats. Les dossiers seront examinés au cas par
cas.

– en tirer l’essentiel de ses ressources :
plus de 50% des
revenus doivent provenir des activités journalistiques avec un revenu
minimum exigé, la moitié d’un SMIC. Les demandes sont toutes examinées,
même celles qui n’atteignent pas la somme exacte. Le journaliste doit
être rémunéré en salaire et non droits d’auteur ou en honoraires. Il
arrive que la Commission accepte d’accorder la carte de presse pour une
première demande malgré une rémunération en droits d’auteur. Elle
jugera au cas par cas, selon la situation du journaliste en question.

– exercer une activité de journaliste :
la qualification
de « journaliste » (telle qu’elle est reconnue par la Convention
collective des jounalistes) doit figurer sur le bulletin de salaire du
candidat. La commission demande un certificat d’employeur signé du
directeur de l’entreprise. En cas de refus de l’employeur, le
journaliste peut joindre une lettre, les photocopies des bulletins de
salaire, les RIB et chèques, qui pourront justifier de l’activité
exercée. La commission a élaboré de nouveaux critères en fonction des
évolutions de la profession pour les journalistes multimédias, les
journalistes en société de production et les journalistes sur
téléphonie mobile notamment. Joindre un descriptif des tâches peut
aider la Commission à statuer sur un dossier. Par exemple dans le cas
d’un journaliste – webmaster ou d’un assistant de chroniqueurs en
télévision.

– travailler pour une entreprise de presse, ou ayant une mission d’information à l’égard du public : la
Commission examine le statut de l’entreprise du candidat. Pour cela il
faut joindre un exemplaire de la publication, une copie de l’émission
dans le cas de l’audiovisuel. Pour les radios et télévisions privées,
il faut ajouter une copie du Journal officiel  comportant
l’autorisation d’émettre, la convention avec le CSA pour les
télévisions câblées.

Les incompatibilités : ne peuvent pas avoir de carte en aucun
cas, les chargés de relations publiques, attachés de presse, les
fonctionnaires ou agents publics contractuels.

Voir le site de CCIJP pour la liste complète des pièces à fournir et le formulaire de demande

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :