« Tranquillement, paisiblement », Mediapart fait le bilan…


Edwy PlenelAprès six mois d’existence mais aussi d’expérimentation d’un journal
d’information en ligne payant, Mediapart dresse un bilan estimé
"positif". Après une première étape dite de lancement, le journal en
ligne passe à l’offensive en s’attaquant à la conquête d’un plus large
public.

Toujours soucieux de clarté et de transparence, Mediapart démarre cette rentrée en dévoilant ses chiffres : Depuis sa création plus de 11 000 internautes se sont abonnés et le site attire mensuellement plus de 200 000 visiteurs. Au 15 septembre 2008, le site enregistrait exactement 11 211 abonnements dont 2000 abonnés avec engagement annuel. "Pas un jour ne passe sans nouveaux abonnés, avec pour unité la dizaine", précise, Edwy Plenel, Président et Directeur de la Publication du site. Mediapart qui se définit lui-même comme "un journal numérique de qualité, indépendant et rigoureux mais également participatif" a réussi son pari en devenant, d’après son communiqué, "un site de référence sur Internet".

Pour Edwy Plenel, "Mediapart est un laboratoire dont la marche en avant et l’éventuel succès peuvent être utile à tout le monde. A une époque où l’illusion de la gratuité est ébranlée, notre petit modèle est plus serein, plus stable et sur la durée plus créateur d’authentiques valeurs". Créé en partie sur l’impossibilité de sortir un certain nombre d’enquêtes et d’articles de fond dans la presse traditionnelle, Mediapart est désormais une marque installée avec un public fidèle. Mais malgré un lancement satisfaisant, le site ne commencera à être rentable, qu’en 2011. Voire en 2013. "Au départ notre business plan annonçait 3.7 millions d’euros mais dans l’idéal il faudrait avoir 5 à 6 millions d’euros pour tenir le rythme. Je n’ai toutefois aucun doute sur le fait qu’on y arrive tranquillement, paisiblement", déclare, serein, Edwy Plenel. Après six mois d’existence, Mediapart entend construire un avenir durable en s’engageant dans la deuxième phase de son développement.

Une stratégie commerciale maitrisée et offensive

Afin d’installer un succès dans la durée, plusieurs innovations sont en cours de réalisation. La première verra le jour vendredi 19 septembre, à 13 heures. Intitulé Mediavu, il s’agit d’un partenariat inédit et original avec l’agence de photographes VU’. Plusieurs autres pistes sont à l’étude comme l’e-commerce, par exemple. "La prochaine étape sera probablement la vente de livres  ainsi que le développement d’une offre mobile prévue pour 2009", laisse entendre le Directeur Editorial du site, François Bonnet. Reste encore à définir l’opérateur…
L’offre d’abonnement va elle aussi être redéployée : "Un abonnement sur 2 ans avec des avantages et des surprises  permettrait d’inviter l’abonné à se mettre dans une perspective plus régulière", annonce de son côté Edwy Plenel. Une nouveauté supplémentaire devrait prochainement voir le jour : David Dufresne, chargé des enquêtes au sein de Mediapart s’attaquera bientôt au gros chantier de l’audiovisuel afin que le site produise et publie des vidéos de qualité.
Enfin, une autre direction de développement  portera sur "Le Club", espace participatif réservé aux abonnés. Ce lieu de liberté – "et donc de responsabilité" précise Edwy Plenel -, va accroître la richesse de ses contributions grâce à des partenariats. L’équipe de Mediapart compte sur cette évolution pour attirer de plus nombreux abonnés qui ne participent pas au Club ou n’y contribuent pas encore. Toutes ces stratégies visent à donner une dimension d’exception et de particularité à l’abonné dans le but de le fidéliser dans le temps. Mediapart, désormais petit entreprise d’une trentaine de salariés, poursuit ainsi l’audacieux pari d’une nouvelle forme de presse en France.


Tiphaine Bellambe


Le site Mediapart


Le site de l’agence Vu
 
 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :