Thomas Dandois et Pierre Creisson libérés

 

Thomas Dandois, Pierre Creisson, Moussa Kaka, Ibrahim Manzo

Alors que les deux journalistes français Thomas Dandois et Pierre Creisson ont été libérés samedi, les Nigériens, Moussa Kaka (RFI), Ibrahim Manzo (Aïr-Info) risquent toujours la peine de mort pour avoir exercé leur métier en zone de conflit.

Moussa Kaka est emprisonné depuis le 26 septembre. Ce correspondant de RFI est accusé de liens présumés avec le mouvement des rebelles. Ibrahim Manzo, directeur d’un bimensuel nigérien a été arrêté le 9 octobre pour « association de malfaiteurs » en lien avec les touaregs.

Fin décembre, les autorités nigériennes arrêtent les deux reporters français Thomas Dandois et Pierre Creisson pour avoir filmé la rébellion Touareg dans le nord du pays, une zone proscrite par le pouvoir politique. Le chef d’accusation retenu contre eux est grave, il s’agit "d’atteinte à la sûreté  de l’Etat". Le chauffeur nigérien qui les a conduit sur les lieux, Alhassane Abdurahman, est également inculpé au titre de complice. Après  un mois d’incarcération, les deux reporters français ont rejoint la France samedi. Leur chauffeur, quant à lui, est toujours incarcéré.

Le juge d’instruction nigérien chargé de l’affaire a autorisé leur remise en liberté sous caution (10 millions de francs CFA soit 15 000 euros), après avoir décortiqué leurs images, tournées pour le compte d’Arte. Des films sur lesquels on apercevait le visage des soldats nigérians pris en otage par les rebelles touaregs. Thomas Dandois et Pierre Creisson avaient obtenu l’autorisation de se rendre au Niger pour réaliser un reportage sur la grippe aviaire dans le centre du pays. Mais, ils en ont "profité" pour se rendre dans le Nord et interroger les rebelles du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ). Finalement, leurs rushes ont été confisqués. "On savait qu’il y avait une part de risque, que ça allait être compliqué, mais on ne savait pas que ça prendrait des proportions telles" a déclaré Thomas Dandois a la presse lors de son arrivée à Paris.

Les frères des deux journalistes s’étaient rendus sur place la semaine dernière, accompagnés par Robert Mesnard, président de Reporter sans frontières. Les familles des journalistes, RSF et le ministère des Affaires étrangères avaient appellé à la grâce du président nigérien, Mamadou Tandja.

Sur leur blog de soutien (http://pierre.thomas.alhassane.info/ ) on pouvait lire jeudi ce message adressé par les deux journalistes à partir de leur prison de Kollo : "Difficile de vous cacher que la situation nous paraît bien sombre certains jours, pleine d’espoir aussi à d’autres moment, surtout lorsque nous lisons vos message. C’est un peu comme si nous passions un petit moment avec chacun d’entre vous. (…) Tant que nous vous sentirons à nos côtés, nous tiendrons !"
Journalisme.com vous invite à poursuivre votre soutien à Moussa Kaka (RFI), Ibrahim Manzo (Aïr-Info), toujours emprisonnés au Niger.

Bahar Makooi

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :