« Stand Up for Journalism, Debout pour le Journalisme ! » …

"Stand Up for Journalism, Debout pour le Journalisme !" Pour la deuxième année, la Fédération Européenne des Journalistes (FEJ) lance un appel pour une journée d’action au niveau européen, à laquelle doivent participer toutes les associations ou syndicats de journalistes du continent. Mercredi 5 novembre à midi, un drapeau et quelques pancartes apparaissent timidement place de la Bourse à Paris, suivis d’une trentaine de personnes… Les responsables de la SNJ – CGT invoquent le froid, l’agenda chargé des journalistes, la communication de dernière minute… mais sont bien décidés à se battre pour l’organisation de "Vrais Etats généraux de l’information"

{gallery}galerie_standup{/gallery}Devant la Bourse et le siège de l’AFP, la fanfare joue de plus belle des morceaux entraînants. De la bouche de métro on croirait un grand rassemblement… Mais si l’énergie est au rendez-vous, le nombre, lui, fait gravement défaut : à peine une trentaine de manifestants, deux ou trois photographes, un caméraman… "On n’a pas vraiment eu le temps de s’organiser comme l’an dernier, explique Alain Girard, Premier secrétaire général du Syndicat National des Journalistes (SNJ), mais on est quand même là pour soutenir ce que nos amis de la CGT ont fait !" Cette année en effet, l’opération "Stand Up for Journalism " n’a pas été reprise par l’Intersyndicale, malgré les inquiétudes et interrogations qui traversent la profession depuis le début des Etats généraux. Les syndicats de journalistes qui ont obtenus "quelques strapontins" aux réunions des groupes de travail se veulent néanmoins optimistes : "C’est une bonne chose que les gens se sentent concernés par ces travaux, confie la Secrétaire Générale du SNJ – CGT, il s’agit maintenant de voir ce que cela va donner…"

à écouterEcouter le témoignage de Dominique Candille (format MP3)

"Pour nous la chaise vide, c’est la plus mauvaise des politiques", explique Alain Girard qui participe au groupe de Bruno Frappat sur les métiers du journalisme. "Tout le monde focalise sur ce groupe, s’amuse-t-il. Ce n’est pas forcément celui où il se passe les choses les plus intéressantes !" Alors justement, que se passe-t-il lors de ces fameuses réunions dont on n’a jusqu’à présent que très peu d’informations concrètes ? "Pour l’instant pas grand-chose…", concède Alain Girard. Après trois premières séances de "causeries", la vraie discussion devrait avoir lieu jeudi 6 novembre, pour mettre en place une liste de propositions…

à écouterEcouter le témoignage d’Alain Girard (format MP3)

Daphné Kauffmann
Reportage photos : Tiphaine Bellambe

Voir nos vidéos sur le même sujet :
Jean-Michel Dumay : "L’information n’est pas un produit commercial comme un autre !"
Edwy Plenel : "C’est aux journalistes d’organiser eux-mêmes leurs Etats généraux !"
François d’Orcival : "S’ils devaient le faire, pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?"
Laurent Joffrin sur les Etats généraux de la presse
Jean-Pierre Tuquoi, président de la SRM : "Il faut sauvegarder l’indépendance…"
Christine Albanel : des Etats généraux "centrés sur la presse et l’économie de la presse"

Lire nos articles sur le même sujet :
États Généraux de la presse : Et les lecteurs ?
Etats généraux de la presse : Les 4 groupes s’organisent
Bertrand Pecquerie : "Gare au baiser qui tue !"
Enquête : Les français souhaitent s’impliquer et réagir à l’information
Etats généraux de la presse : C’est parti !

Dossier : Qu’attendre des Etats généraux de la presse ?


Nicolas Sarkozy : "Favoriser l’émergence de groupes de communication forts"


Consulter notre dossier complet sur les Etats généraux de la presse


Le site des Etats généraux de la presse

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :