Quand Médias rencontre Médiamorphoses…

Pour son cinquième anniversaire et son numéro 20, Médias accueille un cahier supplémentaire de 32 pages au sein de la revue. Chaque numéro sera désormais enrichi d’un dossier Médiamorphoses réalisé par les rédacteurs du magazine savant de l’INA dont la diffusion s’est interrompue en octobre dernier. Rédactrice en chef de Médias, Emmanuelle Duverger répond à nos questions sur cette nouvelle formule…

Médias propose cette semaine une nouvelle formule enrichie d’un cahier supplémentaire rédigé par l’équipe de la revue Médiamorphoses de l’INA. S’agit-il d’une fusion ?

Emmanuelle Duverger : Il ne s’agit pas d’une fusion mais d’un partenariat entre les deux magazines. Cela fait longtemps que l’on suit le travail de Mediamorphoses et avec la plus grande attention. Le fond de la revue est toujours extrêmement intéressant. Ils ont un vrai savoir faire, une réelle expertise et réunissent toujours de grands spécialistes sur les questions abordées.  Avec cette particularité de faire appel à des plumes qui ne sont pas des journalistes. En accueillant ces 32 pages au sein de Medias, il y avait aussi cette volonté de mettre ce savoir à la portée d’un plus large public. Car contrairement à ce que certains peuvent penser, Médias s’adresse avant tout au grand public.

L’édito du nouveau numéro de Médias s’achève sur ces mots : Nous sommes peut-être, l’air de rien, dans le sens de l’histoire, n’oubliant pas de regarder dans le rétroviseur…

Aujourd’hui, il me semble plus que jamais indispensable de se nourrir des mots et des images du passé pour pouvoir regarder vers l’avenir. L’INA dispose d’une mine d’archives très impressionnante qui permet d’aborder des questions qui reviennent sans cesse. Ces questions sont traitées de façon très intéressante et parfois même amusante, comme c’est le cas dans le dossier que nous avons publié sur "la ménagère de plus de 50 ans".
Ces archives qui sont pourtant mises à la disposition de chacun ne sont pas assez connues. Et c’est bien dommage car elles représentent une vraie source d’information pour l’enseignement, qu’il s’agisse des études supérieures mais aussi des lycées ou des écoles. Ce partenariat nous permet également de mettre cette richesse en avant.

Est-ce que ce partenariat inaugure de nouveaux projets en collaboration avec l’INA ?

Cette nouvelle formule implique beaucoup de travail mais offre aussi de nombreuses possibilités. Ce partenariat nous permet ainsi d’avoir accès à toute la photothèque de l’INA. Là encore, il s’agit d’une multitude de documents visuels que l’on peut mettre à disposition de nos lecteurs. Il y a énormément de manières de faire évoluer ce genre de partenariat. Pour le moment nous nous efforçons d’accueillir ces pages le mieux possible. Et puis nous avons encore beaucoup de projets en cours de réalisation, comme celui de notre site Internet. Actuellement les anciens numéros de Médias sont consultables en ligne, mais nous sommes en train de retravailler le site en profondeur car de nos jours, l n’est pas question d’avoir une visibilité sur le Net sans une réelle clarté et une valeur ajoutée.

Propos recueillis par Daphné Kauffmann

Le site de la revue Médias
Le site de l’INA
Le site "Archives pour tous" de l’INA

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :