Patrick Eveno : « En boycottant les Etats généraux le Forum se prive de moyens d’action… »



"Occasion manquée, hélas !"
, par Patrick Eveno
*

Article paru dans Le Monde du Vendredi 14 novembre

En boycottant les Etats généraux de la presse écrite, le Forum permanent des sociétés de journalistes a choisi une logique de confrontation plutôt qu’une logique de négociation. Il cherche à déconsidérer à l’avance le travail mené dans les Etats généraux. En posant en préalable ce qui aurait pu être l’objet d’une négociation, le Forum se drape dans la pureté de sa cause – la défense du pluralisme, mais il se prive de moyens d’action.

La reconnaissance de la collectivité rédactionnelle est inscrite à l’ordre du jour du pôle "Concentration et pluralisme" que je pilote. Le Forum, qui y était invité, en était informé. Sachant que Nicolas Sarkozy souhaite alléger les contraintes législatives pesant sur la concentration dans les médias et qu’il a les moyens politiques d’y parvenir, j’estimais que la reconnaissance des collectivités rédactionnelles était une bonne contrepartie. Faute de partenaires, on ne pourra pas négocier…
La question première reste celle de la crise très grave qui affecte la presse française, notamment la presse quotidienne d’information générale et politique. Il s’agit de trouver des remèdes à cette crise, non de tenir les assises du journalisme, même si les pratiques journalistiques sont une des composantes de la crise.
Certes, dans une démocratie "ordinaire", l’intervention de l’Etat dans des affaires de presse serait considérée comme une atteinte à la liberté. Il reste qu’en France, l’Etat intervient depuis la Libération pour distribuer des aides à la presse et légiférer dans tous les domaines. De même, on peut prêter à Nicolas Sarkozy l’intention de favoriser tel ou tel groupe. Mais un texte ne l’en empêchera pas.
Lorsque des journalistes affirment que c’est à la profession d’organiser les Etats généraux, on ne peut que rester sceptiques : pourquoi la "profession" a-t-elle attendu l’initiative présidentielle ? Pourquoi n’a-t-elle rien fait jusqu’à présent, alors que la crise de la presse s’approfondit depuis trente-cinq ans ?
Autre critique : la sous-représentation des journalistes. Or, sur 148 participants, on compte 49 titulaires de la carte de presse, soit un tiers des membres. Parmi ces derniers, on recense certes 10 journalistes devenus patrons, mais peut-on sincèrement penser que Pierre Haski, Laurent Joffrin, Eric Fottorino ou Christophe Barbier ne seraient plus d’authentiques journalistes parce qu’ils dirigent un organe d’information ?
ABSENCE DE RENTABILITÉ
Le texte du Forum reprend sans examen tous les fantasmes sur la concentration. Le président de la République veut pousser à la construction de grands groupes français capables de rivaliser à l’international ? Mais la formation de groupes puissants ne se décrète pas par décision présidentielle. Les journalistes craignent des suppressions d’emplois, à la suite des concentrations ? Mais sans regroupements, les journaux feront faillite et tous les emplois seront supprimés.
Le processus de concentration est déjà en marche. La crise économique actuelle ne fera que l’amplifier. C’est pourquoi notre commission cherche les moyens les plus efficaces pour préserver le pluralisme. Il est donc dommage que le Forum ne nous vienne pas en aide.
Le problème de la presse française n’est pas l’excessive concentration, car elle y est beaucoup plus faible que dans les pays européens comparables. La vraie question est celle de l’absence de rentabilité des quotidiens français, qui sont quasiment tous en déficit, alors que leurs confrères européens sont encore rentables. Ils affrontent pourtant les mêmes questions (les gratuits, Internet, la recomposition du marché de l’information et des médias, la chute des recettes publicitaires, etc.). Si des industriels extérieurs aux médias peuvent, hélas bien souvent dans une stratégie d’influence, acheter des journaux, c’est parce que les groupes de presse français n’en ont plus la capacité financière depuis longtemps et que les groupes plurimédia reculent devant les pertes abyssales.
Les quotidiens ne sont plus rentables depuis de nombreuses années, c’est là le vrai problème. La question décisive est de savoir si l’on peut encore les aider à survivre ou s’ils sont condamnés à une disparition prématurée, à court ou moyen terme. Les Etats généraux étaient l’occasion de réunir tous les acteurs du secteur autour d’une table et de les convaincre de négocier pour dépasser les corporatismes traditionnels et les clivages d’un autre temps. Il est dommage qu’une partie des journalistes s’exclue de cette négociation, simplement pour faire des effets de manches, sans mesurer combien l’avenir de la presse est compromis si tous les acteurs, ensemble, ne mettent pas tout en oeuvre pour la sauver.
Patrick Eveno, historien, est vice-président du pôle Concentration, pluralisme et développement des Etats généraux de la presse écrite.

*Patrick Eveno, historien, est vice-président du pôle Concentration, pluralisme et développement des Etats généraux de la presse écrite.

Voir nos vidéos sur le même sujet :
Jean-Michel Dumay : "L’information n’est pas un produit commercial comme un autre !"
Edwy Plenel : "C’est aux journalistes d’organiser eux-mêmes leurs Etats généraux !"
François d’Orcival : "S’ils devaient le faire, pourquoi ne l’ont-ils pas fait ?"
Laurent Joffrin sur les Etats généraux de la presse
Jean-Pierre Tuquoi, président de la SRM : "Il faut sauvegarder l’indépendance…"
Christine Albanel : des Etats généraux "centrés sur la presse et l’économie de la presse"

Lire nos articles sur le même sujet :
États Généraux de la presse : Et les lecteurs ?
Etats généraux de la presse : Les 4 groupes s’organisent
Bertrand Pecquerie : "Gare au baiser qui tue !"
Enquête : Les français souhaitent s’impliquer et réagir à l’information
Etats généraux de la presse : C’est parti !

Dossier : Qu’attendre des Etats généraux de la presse ?


Nicolas Sarkozy : "Favoriser l’émergence de groupes de communication forts"


Le site des Etats généraux de la presse

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :