Médias traditionnels et sites Internet sont-ils soumis aux même lois ?

Le TGI de Paris a présenté un début de réponse en condamnant le site "collaboratif" Fuzz.fr pour atteinte à la vie privée. Pierre Haski, fondateur de Rue89 et Amaury de Rochegonde, responsable du service médias de Stratégies réagissent. 

edupin_250.jpgFuzz.fr n’est plus en ligne. Son propriétaire Eric Dupin a décidé de fermer le site suite à la décision du Tribunal de Grande Instance de Paris jeudi 27 mars 2008 de le condamner à payer 1000 euros d’amendes et 1500 euros de frais de dossier pour atteinte à la vie privée. Celui qui le met en cause est Olivier Martinez. L’acteur français lui reproche d’avoir laissé publier un lien vers un blog qui lui prête une liaison avec une autre célébrité. Un contenu dont Eric Dupin dément avoir la responsabilité.  "Ce type de site n’est en aucun cas un blog mais se rapproche plus d’un forum automatisé ou d’un Dailymotion voire d’un moteur de recherche tel que google" affirme le bloggeur, sur la page web qui remplace Fuzz.fr. Ce faisant, il assure n’avoir aucun contrôle sur le contenu de son site et se protège en se positionnant uniquement en hébergeur de Fuzz.fr, non en éditeur.

"Pourquoi est-ce que le web participatif se passerait de la législation à laquelle les médias traditionnels, eux, sont soumis!" réagit Amaury de Rochegonde, responsable du service médias de Stratégies. Le journaliste voit dans cette décision "une très bonne nouvelle pour les médias". "C’est toujours malheureux de voir des décisions de justice provoquer la fermeture de médias, mais le fait d’être sur le web ne donne pas le droit de faire n’importe quoi", fait remarquer Pierre Haski, fondateur de Rue89.com. Son site d’information participatif, qui va fêter sa première année d’existence en mai, mêle les articles rédigés par des journalistes professionnels aux témoignages et expertises de spécialistes. "Une bataille de crédibilité se joue sur le web. L’affaire du SMS du Nouvelobs.com est emblématique de ce point de vue. Elle a révélé des systèmes de validation différents entre le site et le papier", condamne l’instigateur de Rue89.com. Sur ce dernier, tout contenu est  vérifié et validé par la rédaction avant d’être mis en ligne.

La décision de justice à l’encontre d’Eric Dupin résonne comme un avertissement en direction des hébergeurs de sites Internet. "C’est la fin d’un journalisme trash qui n’aurait pas de limite" juge Pierre Haski. Le bloggeur incriminé, lui, voit plutôt dans ce choix du Tribunal "de nombreuses contradictions qui risquent d’insuffler un climat de peur et d’insécurité néfaste à toute l’économie d’Internet ainsi qu’à sa liberté d’expression."

 

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :