Magnus Falkehed du quotidien suédois « Göteborgs Posten » : « Verra-t-on du bling bling ? »

Magnus Falkehed

Numéros spéciaux,
soirées électorales dans les radios et les télévisions… Les rédactions
françaises se mobilisent pour couvrir  les élections municipales et cantonales. Mais les
journalistes de l’Hexagone ne sont pas les seuls à s’intéresser à
l’actualité politique française. A l’occasion de cet événement, journalisme.com vous
présente le travail et les réflexions de correspondants étrangers en
poste à Paris
.


Deuxième témoignage : Magnus Falkehed, fondateur de l’agence de presse
ScandiPresse. Il travaille notamment pour le quotidien suédois Göteborgs Posten.

Comment allez-vous traiter les élections locales françaises ?

J’ai eu quelques commandes, notamment un gros reportage pour lundi prochain pour le Göteborgs Posten. Il s’agira d’une analyse avec un angle national sur les conséquences de ces élections. Va-t-on assister à un remaniement ministériel ? Quelles seront les anecdotes ? Comment cela va se passer à Neuilly ? Verra-t-on du "bling bling" ? Je vais faire une grande soupe de tout ça. Mais ce sera tout pour ce premier tour : ces élections municipales sont quand même concurrencées par les élections espagnoles, la prise de pouvoir de Medvedev en Russie et les primaires américaines.

Quelles différences constatez-vous entre la France et la Suède ?

En Suède, les questions des journalistes sont beaucoup plus techniques. On demande une argumentation plus soutenue. Quand un candidat, président ou maire, déclare qu’il dépensera 100€, les questions ne tardent pas : "Où allez-vous les prendre ?", "Comment analyserez-vous les conséquences de cette politique ?". Les questions sont vraiment pointues. Tant au niveau national que dans les journaux locaux.

Un autre exemple ?

En Suède, les journalistes ne voyagent pas avec les hommes politiques. Il n’y a pas vraiment de voyage de presse. La rédaction paie le billet et loge le reporter par ses propres moyens. Même quand exceptionnellement un journaliste prend un avion du gouvernement, le journal demande une estimation du prix à l’Etat pour le rembourser. Cet exemple est à mettre en relation avec la promiscuité de certains journalistes avec le milieu politique en France.

Comment définiriez-vous la façon dont sont couvertes les actualités suédoises par les médias français ?

Les journalistes prennent beaucoup de raccourcis, même si le métier veut ça. Tout ce qui est anecdotique est remonté par rapport au fond. Comme lorsqu’en Suède des femmes s’étaient baignées seins nus à la piscine, pour demander l’égalité vis-à-vis des hommes. Pour autant, ce traitement ne me choque pas vraiment. Nous les Suédois, nous voyons la France comme un pays incapable de changement et où la corruption est importante. Alors, je dirais même que c’est de bonne guerre.


Propos recueillis par Maxime Mamet


L’agence de presse de Magnus Falkehed

Le site du Göteborgs Posten


Les municipales vues par Andrés Perez de Publico

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :