Les petits éditeurs s’organisent face à la « menace » des Etats généraux

Des éditeurs de presse indépendants, qui "se sentent menacés" par les états généraux de la presse écrite, ont décidé de se rassembler au sein d’un collectif pour faire entendre leur voix, ont-ils indiqué mardi dans un communiqué. Ce "collectif des éditeurs de presse indépendants" compte plus de 70 éditeurs signataires trois jours après son lancement, souligne le communiqué. Les états généraux de la presse "étaient censés réunir tous les acteurs de la profession pour trouver une solution à la crise du secteur", mais "les débats ont pris une tournure qui exclut et menace entre autres les petits éditeurs", estime le collectif.

‘Quelques acteurs aimeraient exclure artificiellement les petits éditeurs des points de vente, pour mieux installer leurs propres titres’, accuse-t-il, expliquant que les débats "tournent énormément autour de l’encombrement des points de vente, stigmatisant ainsi (ces éditeurs) et leurs nombreux magazines". La branche distribution du groupe Lagardère, Lagardère Services, a proposé une abrogation de la loi qui régit la distribution de la presse et qui repose notamment sur une égalité de traitement des éditeurs.Pour le collectif, la disparition des éditeurs indépendants des points de vente "serait synonyme de remise en cause de la pluralité de la presse". En outre, "l’impossibilité pour ces éditeurs de mettre leurs magazines en vente signifierait le dépôt de bilan de bon nombre d’entre eux et la mise au chômage des salariés, non seulement chez les éditeurs, mais aussi chez les prestataires et imprimeurs", avertit-il, rappelant que les éditeurs indépendants emploient 16.000 salariés.Le collectif propose la mise en place d’une aide au développement et à la modernisation des diffuseurs de presse, ainsi qu’une revalorisation de leur rémunération. (AFP)

 

Appel du Collectif des Editeurs de Presse Indépendants (CODEPI)

Le site du CODEPI