« Le Monde » de Béatrice Gurrey


Elue mardi 12 février à la présidence de la société des rédacteurs du Monde (SRM) Béatrice Gurrey succède à Jean-Michel Dumay à ce poste. Celui-ci a été contraint de quitter ses fonctions à la tête de la SRM, suite aux différents qui l’opposaient aux membres du conseil de surveillance. Le 25 janvier, après un conseil houleux et six heures d’âpres négociations, il a dû s’engager par écrit et "sous la contrainte", a-t-il affirmé à l’AFP, à ne pas "accepter de nouveau mandat en juin 2008". Il n’a pas attendu ce terme et a remis sa démission deux semaines plus tard. 

Tenace, Jean-Michel Dumay était devenu trop encombrant aux yeux du conseil de surveillance. Sa présidence à la SRM coïncide avec une année de turbulence à la tête du Monde : le départ de Jean-Marie Colombani en mai, la démission du directoire Pierre Jeantet, Bruno Patino et Eric Fottorino en décembre et d’Alain Minc en janvier.

Béatrice Gurrey connaît très bien Jean-Michel Dumay pour avoir travaillé à ses côtés en tant que vice-présidente de la SRM. D’ailleurs l’ombre du journaliste d’investigation, qui s’est attaqué aux comptes du Monde, plane toujours sur la SRM puisqu’il en reste le cogérant. Il garde ainsi ses fonctions à la tête du Forum des sociétés de journalistes. Seule candidate à sa succession, Béatrice Gurrey a été élue d’emblée.

A l’heure où on entend parler d’un plan social, pour la nouvelle présidente de la SRM le défi est de taille. Si l’arrivée de Louis Schweitzer à la présidence du conseil de surveillance a apaisé quelques tensions, c’est sur fond de crise financière qu’elle prend ses nouvelles fonctions. L’endettement du groupe s’élève à 150 millions de dettes, et près de 20 millions d’euros de perte ont été enregistrées pour 2007. La menace d’une recapitalisation guette à l’horizon et les actionnaires externes Lagardère et Prisa, engagés à hauteur de 17% et 15%, projettent de prendre le contrôle du capital.

Une recapitalisation à laquelle la SRM est fermement opposée. Actionnaire de référence du groupe majoritaire au sein du conseil de surveillance avec un 33% des droits de vote. Elle possède une minorité de blocage mais l’augmentation des parts de Lagardère et Prisa pourrait engendrer la dilution de cette position privilégiée.

Béatrice Gurrey interviewée par notre rédaction revient sur les prémices de la crise du quotidien et souligne son attachement à l’indépendance éditoriale "qui passe par une indépendance économique" :

{dailymotion}x4fdvm{/dailymotion}

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :