« L’affaire Auto Plus » relance le débat sur la protection des sources des journalistes


Auto Plus (couverture)
Perquisition, saisie de fichiers informatiques, mise en garde à vue… Alors qu’un projet de loi est toujours en examen au Sénat, l’"affaire Auto Plus" relance le débat sur la protection des sources des journalistes.

Mardi 15 juillet, le siège du magazine Auto Plus (Paris XVe) a fait l’objet d’une perquisition avec saisie de photos et copies de disques durs d’ordinateurs. Cette perquisition visait, semble-t-il, à connaître la source de documents reproduits dans un article du magazine en juillet 2007. Le journaliste d’Auto Plus auteur de cet article a lui même été placé en garde à vue dans le cadre d’une information judiciaire pour "abus de confiance, accès frauduleux à un système informatique et contrefaçon". Dans son article, Bruno Thomas diffusait des informations illustrées de photographies inédites sur un modèle de Renault dont la commercialisation n’était pas prévue avant trois ans.
Principal hebdomadaire de la presse spécialisée automobile, Auto Plus publie régulièrement des enquêtes sur les différents modèles à venir sur le marché. Le constructeur automobile a cependant immédiatement porté plainte pour "espionnage industriel".
Soupçonné d’avoir divulgué les informations confidentielles, un salarié de Renault a également été mis en examen vendredi dernier et placé sous contrôle judiciaire.

Réactions

Dans un communiqué diffusé dès le 15 juillet, le SNJ condamne violemment cette "nouvelle grave entorse à la protection des sources des journalistes". "C’est intolérable que les journalistes soient traités comme des criminels, fustige le syndicat, alors qu’ils exercent simplement leur profession d’informer."

Christine Albanel
, a elle-même réagi le lendemain de la perquisition. Se disant "mal à l’aise quand un journaliste est mis en garde à vue et lorsqu’un journal est perquisitionné", la ministre de la Culture et de la Communication a tenu à rappeler son attachement "au principe de la liberté d’informer".
{xtypo_rounded_right1} Principales dispositions du projet de loi déposé au Sénat…

Lire la suite  {/xtypo_rounded_right1}
Cette nouvelle affaire relance le débat sur la loi sur la protection des sources des journalistes. La garde des sceaux et ministre de la Justice a en effet présenté un projet de loi relatif à la protection du secret des sources le 12 mars 2008. Ce projet a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale le 15 mai 2008, puis déposé le 20 mai au Sénat.
Dans sa lettre à la presse, Christine Albanel rappelle que selon ce projet de loi, "il ne pourra être porté atteinte au secret des sources que si la gravité particulière du crime ou du délit en cause rend cette atteinte strictement nécessaire" et que les perquisitions "ne pourront être effectuées que par un magistrat".
En déplacement à Toulouse jeudi matin (17 juillet), Rachida Dati s’est à son tour exprimée sur l’affaire, rappelant quelques points de son projet de loi adopté en première lecture à l’Assemblée nationale : "D’abord le journaliste ne sera plus obligé de révéler ses sources à tous les stades de la procédure", a-t-elle expliqué. De plus les "garanties nouvelles" en matière de perquisition ou de saisies seront "nettement supérieures à celles accordées aux avocats."

Dans un communiqué, le président de l’Association française de la presse automobile s’indigne: "Qu’on aille fouiller les tiroirs, les disques durs et les poubelles de ce journal et que l’on prive un journaliste de liberté pour lui faire avouer ses sources d’information, cela tient de l’inquisition".
Interrogé à son tour par l’AFP, le député et ancien journaliste Noël Mamère a également vivement réagi, déclarant que "la loi sur la protection des journalistes n’était qu’un leurre qui visait à cacher la réalité de ce que souhaitait le gouvernement : contrôler les journalistes".

Alors que la ministre de la Culture insiste sur le caractère "urgent" d’une reprise de la discussion du projet de loi au Sénat, le SNJ déclare quant à lui, en guise de conclusion : "cette procédure doit être la dernière".

Daphné Kauffmann


Plus d’infos sur le projet de loi de protection des sources des journalistes

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :