« La Vida Loca », un cri d’alarme signé Christian Poveda

Il aura fallu plus de 16 mois à Christian Poveda pour tourner les images de La Vida Loca. Au cœur d’un gang surnommé « La 18 », il a suivi tous ces jeunes, hommes et femmes, dans leur quotidien sans mise en scène ni interventions, du « cinéma direct ». Le documentaire était diffusé mercredi soir en avant-première au Scoop d’Angers 2008.

affiche--la-vida-loca-artic.jpg « La Vida Loca » – qui finalement n’a pas été selectionné pour le festival de Cannes-  a fait son chemin depuis le mois de Septembre. Après une projection au Festival de San Sebastian, c’est en Europe que le film commence à faire parler de lui.
Annoncé ce matin par la BBC comme étant le pays le plus violent au monde, le Salvador n’est peut-être pas l’endroit où nous souhaiterions passer nos vacances, mais là-bas une réalité s’impose, celle de la violence à son apogée. Une violence vécue au quotiden par des milliers d’hommes et de femmes. Informer sur cette solitude humaine absolue et dénoncer certains aspects d’une politique trop répressive, c’est ce que propose ce film d’une grande intensité.

« La Vida Loca » offre une plongée au coeur du gang « La 18 ». Bien sur ce n’est pas le seul mais c’est celui qui a accepté de se laisser filmer.

Ils se tatouent, prennent les armes, tuent les membres du gang adverse. Des hommes et des femmes dont l’âge ne dépasse pas les 25-30 ans. La mort les guette à chaque coin de rue, une véritable guerre des gangs se perpétue depuis plus de 20 ans à El Salvador. Le quotidien des membres de « La 18 » est assez simple et loin d’être ordinaire, puisqu’il se résume à des arrestations par la police dès qu’ils sortent de chez eux, vente de drogues, petits boulot parfois pour certains dans une boulangerie, ou encore l’enfermement donc la prison. Ces différentes situations sont dévoilées dans ce documentaire. Des scènes difficiles, crues. Et puis il y a les enterrements aussi… Dans le film au moment où un des membres de « La 18″ va être éxécuté, un bruit assourdissant de coup de feu retentit. L »image suivante est celle d’un cercueil puis un enterrement hautement protégé par les autorités.  C’est ça leur réalité !

Pour définir plus exactement ce qu’a tourné Christian Poveda pendant de longs mois, le journaliste Alain Mingam a expliqué, avant la projection, que : « le regard de Christian Poveda est aussi acéré que la pointe de l’aiguille qui cisèle sur leur peau comme ses images sur la pellicule, tous les signes tatoués de leur appartenance à cette famille de substitution qu’est le gang ». Ces termes retranscrivent parfaitement ce que peut ressentir le sepcatateur en regardant ce documentaire unique, poignant, et bouleversant.

Au delà du documentaire, « La Vida Loca » apporte désormais une immersion jusqu’alors impossible dans un enfer quotidien où la violence est reine et la mort pour ainsi dire déjà annoncée.

Texte et photos : Tiphaine Bellambe
 

Site officiel de « La Vida Loca »

 

Site officiel du Scoop d’Angers

 
 

{gallery}vidaloca{/gallery}  

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :