Andrés Perez du « Publico » espagnol :  » Se pencher sur le mystère des mairies d’extrême gauche… »


Couverture du journal


Numéros spéciaux,
soirées électorales dans les radios et les télévisions… Les rédactions
françaises se mobilisent pour couvrir  les élections municipales et cantonales. Mais les
journalistes de l’Hexagone ne sont pas les seuls à s’intéresser à
l’actualité politique française. A l’occasion de cet événement, journalisme.com vous
présente le travail et les réflexions de correspondants étrangers en
poste à Paris
.

Première rencontre avec Andrés Perez, correspondant à Paris du quotidien espagnol Publico

Comment allez-vous traiter les élections locales françaises dans votre journal ?

Notre quotidien a une approche différente des autres journaux espagnols. Nous voulions montrer quelques éléments de la "micro France". Le souci, c’est que l’actualité internationale ne laisse pas de place  aux élections françaises. Donc pour l’instant, notre quotidien n’a rien publié de spécifique sur le sujet, à part quelques brèves. Dans les articles sur les mots de Nicolas Sarkozy lors du salon de l’agriculture, nous avons simplement mentionné que ces élections seraient un test pour la majorité. Je n’aurai pas beaucoup de place, au moins pour le premier tour.

Quels sont ces "éléments de la micro France" que vous voulez aborder ?

Je voudrais aller à Hénin-Beaumont par exemple. Il s’agit de faire un focus dans les régions populaires. La popularité de Nicolas Sarkozy se délite. Alors, nous nous posons la question : Une extrême droite renouvelée, en la personne de Marine Le Pen, peut-elle s’accrocher et remporter quelques villes ? Nous voulons aussi nous pencher sur le mystère des mairies d’extrême gauche. Il y en a une centaine en France. Je ne parle pas des mairies communistes mais des maires, issus de partis qui font appel "à la rue", qui se font élire sans étiquette dans des petites villes. Il s’agit de voir comment ils gèrent leurs budgets, et comment cela participe à l’érosion du PCF. Et puis, il y a évidemment Toulouse. La communauté espagnole est très forte. Quand ces immigrés sont arrivés, ce n’était pas encore l’Europe. C’est la dernière génération d’immigrés à avoir pris un ascenseur social en bon état.


Comment analyseriez-vous le traitement français de ces élections ?

Lors des précédentes élections, j’avais été impressionné par l’absence de pugnacité vis-à-vis de Nicolas Sarkozy. Cela lui a donné le luxe de dire des choses qu’il n’avait pas à dire. La vigilance n’a pas été française, même dans les médias de gauche. C’était étonnant. En Espagne, il y a une clarté dans l’affrontement politique entre médias de gauche et de droite. Les lignes sont tracées nettement. Du coup, les préoccupations et les questions sont plus terre à terre et dépendent moins des obsessions de tel ou tel candidat.


Constatez-vous un changement par rapport aux dernières élections ?

On a peut-être un retour au terre à terre justement. Je vois revenir des articles là-dessus, comme le fonctionnement du local par rapport au national. Si les institutions locales françaises passent à gauche, comment va se gérer le pouvoir… Les compétences sociales ont été déléguées aux départements et aux régions, mais l’argent est encore entre les mains de l’Etat. Ce genre de problématique apparaît dans les journaux. Je dirais que le travail journalistique est en train de revenir à la normale.

Dimanche, ce sont les élections législatives en Espagne. Comment définiriez-vous la façon dont sont couvertes les actualités espagnoles par les médias français ?

Les élections espagnoles traitées en France ont assez peu d’intérêt. On tombe tout de suite dans le côté folklorique : les bars, les tapas… Tout ça est un peu cliché. Il faudrait dépasser ça. L’autre extrême, ce sont les papiers beaucoup trop politico-technicien, qui, à mon sens, ont assez peu d’intérêt pour un public français.

Propos recueillis par Maxime Mamet

 

Le site du journal Publico

Vous aussi, Participez à notre enquête

Un Panthéon du Journalisme, en France et en Europe.

Quelles sont les 10 personnalités de l’histoire du Journalisme français qui incarnent le mieux, selon vous, les valeurs de notre métier ?

Quel·les sont les journalistes, aujourd’hui disparu·es, qui ont forgé votre imaginaire ? Vous ont fait rêver ? Vous ont peut-être donné envie de faire ce métier ?

Des journalistes dont l’œuvre ou la vie ont incarné nos valeurs, vous ont servi de repères ?

Qui sont ces "grand·es" journalistes en somme à qui notre communauté professionnelle est «reconnaissante » ?

L’association Journalisme & Citoyenneté, organisatrice des Assises du Journalisme de Tours, de Tunis et de Bruxelles, vous propose de participer à la création du PANTHEON du JOURNALISME, en France d’abord, en Europe ensuite, pour honorer ces femmes et ces hommes qui ont marqué ce métier de leur empreinte.

Pour participer, rien de plus simple. Choisissez dans la liste sur la page suivante les 10 personnalités qui méritent à vos yeux de rentrer en priorité dans ce Panthéon laïc et numérique.

Objectif : Identifier celles et ceux qui nous rassemblent. Contribuer à les faire mieux connaitre, avec la conviction que dans cette période de doute sur sa légitimité, notre métier a plus que jamais besoin de se raccorder à son histoire.

Nous partagerons les premiers résultats de cette consultation lors de la seizième édition des Assises du journalisme à Tours le 30 mars 2023.

Nous lancerons ensuite la démarche au niveau européen en proposant aux journalistes des 26 autres pays de l’UE de s’associer à l’initiative avec l’ambition de présenter le Panthéon des Journalistes Européen lors de la deuxième édition des Assises de Bruxelles à l’automne 2024.

En fonction de la dynamique créée, un groupe de travail proposera les évènements, les colloques, les publications qui permettront de valoriser au mieux l’histoire et l’œuvre des journalistes Panthéonisés.

Pour suivre le développement du projet, vous pouvez vous inscrire à la newsletter journalisme.com :