A quoi sert… par Rony Brauman

A QUOI SERT UN JOURNALISTE ?

par Rony Brauman, Ancien président de Médecins sans frontières

Rony BraumanA quoi servent les journalistes ? Mais à nous informer, bien sur. Une telle évidence ne semble plus aller de soi, tant se mêlent dans une indistinction croissante information et communication. Je n’attends pas d’un article qu’il m’aide à sélectionner les « bonnes » et les « mauvaises » causes, ni d’un journal qu’il me dise quand m’émouvoir ou à quel sujet m’indigner. Certes, une rédaction opère des choix  en matière de hiérarchie de l’information, d’arbitrage entre ce qui est traité et ce qui demeure dans l’ombre, entre ce qui est urgent et ce qui peut être différé, entre parts données à l’analyse et aux faits. Comment pourrait-il en être autrement ? Les contraintes d’espace tout comme les options et préférences politiques ont leur place dans la presse. Prescription et description sont également légitimes, dès lors que les enjeux sont distingués aussi clairement que possible.  Ces choix  relèvent de la responsabilité des journalistes et je n’attends d’eux rien d’autre que de la loyauté vis-à-vis de la réalité.

Qu’il s’agisse des secours aux victimes du tsunami, de la lecture du conflit du Darfour ou des réactions internationales suite à la répression du soulèvement au Tibet, il faut pourtant bien constater que l’on est souvent loin du compte. Le sentimentalisme l’a emporté largement, le pathos a tenu lieu, plus souvent qu’à son tour, de réflexion, dans un climat de consensus compassionnel devenu parfois étouffant. J’attends des journalistes qu’ils m’ouvrent une fenêtre sur le monde, pas sur mon nombril.