Notre République et sa presse graviront ensemble les sommets ou bien elles iront ensemble à leur perte. Une presse compétente, désintéressée, peut protéger cette morale collective de la vertu, sans laquelle un gouvernement populaire n’est qu’une escroquerie et une mascarade.
Joseph Pulitzer
20 octobre 2017

Rendez vous les 14, 15, 16 et 17 mars 2018 pour la onzième édition des Assises Internationales du Journalisme et de l'Information de Tours

Les bilans des Assises

Quelle place pour les femmes dans les médias ?

Depuis 1995 et les premiers rapports mesurant précisément la place des femmes dans les médias, le constat est toujours le même :

A la radio, à la télévision, dans les colonnes de nos journaux, les femmes sont encore largement sous-représentées. Quand on allume sa télévision, une personne sur trois seulement est une femme, la plupart du temps, elle est interviewée en tant que simple témoin. Les femmes ne représentent en effet que moins de 20% des "experts". C'est encore pire à la radio (17%), et dans la presse écrite (15%).

 

femmes et mdiasLe phénomène ne concerne pas que la France, il est devenu un enjeu majeur de la lutte contre les inégalités femmes-hommes dans l'ensemble des pays industrialisés.
Pourquoi est-il si important d'accorder aux femmes un juste traitement dans les médias ? Quelle est la responsabilité réelle des médias dans la perpétuation de cette vision tronquée de notre société ? Quelles solutions peuvent-être envisagées ?
Quotas imposés aux rédactions ? Média-training à destination des femmes expertes ? Emissions, suppléments, entièrement dédiées aux femmes ?
Quand la France se tourne vers une politique "à la suédoise", avec des objectifs chiffrés fixés aux rédactions audiovisuelles par le CSA, les pays anglo-saxons préfèrent eux encourager les femmes et leur offrir des clés pour s'imposer. Pour quelles résistances, et quels résultats ?

Réécouter l'intégralité de la rencontre : 

 
 
 Animé par Ségolène Hanotaux, journaliste-réalisatrice indépendante, coporte-parole du collectif de femmes journalistes "Prenons la Une".
Avec Ruth Elkrief, journaliste et editorialiste BFM TV ; Thierry Thuillier, directeur des programmes de France 2 ; Donna Taberer, BBC Academy ; Annette Young, journaliste et animatrice de The 51 Percent sur France 24 ; Marlène Coullomb-Gully, professeure en Sciences de l'information et de la communication - Toulouse II ; Dominique Fackler, responsable Ina Stat. 
 
Grand Débat public - Samedi 18 octobre 2014 à l'Arsenal de Metz.
 
Avec le collectif Prenons la Une
 
 
Le compte-rendu des étudiants de l'Obsweb : 
 

Pour aller plus loin :