Les bilans des Assises

Projection et débat de clôture : L'information en temps de guerre

Publié le 3 octobre 2014

Pour clôre les 8è Assises Internationales du Journalisme et de l'Information, le film "Hors la vie" de Maroun Bagdadi a été projeté au cinéma Caméo Ariel et a été suivi d'un débat public sur le thème "L'information en temps de guerre".

 horslavie

"Hors la vie" (Prix du Jury Festival de Cannes 1991), réalisé par le cinéaste Maroun Bagdadi (1950 - 1993), raconte l'histoire d'un journaliste français enlevé au Liban pendant la guerre civile et détenu pendant de longs mois dans des conditions très pénibles avant d'être finalement libéré sans savoir pourquoi ni par qui il a été ainsi séquestré.

 

AffichesFameckdef

Créé en 1990, le Festival du Film Arabe de Fameck / Val de Fensch se veut être un lieu d’expression artistique et culturelle, s’adressant à toutes les communautés, et qui tente d’apporter une dimension culturelle nouvelle et innovante dans la région. Lieu d’échange, le Festival de Fameck est avant tout une découverte de l’autre et met cette année à l'honneur le Liban. Il vise à montrer l'existence, au travers des films proposés, de la richesse et la diversité de la culture arabe, d’une manière différente de celle que peuvent proposer les médias.

 

A l’issue de la projection, un débat public a interrogé le rôle du cinéma, des journalistes et de la presse en général dans les conflits armés. De quelle manière le cinéma est-il utilisé pour traiter des sujets et des reportages de guerre ? Quel rôle ont les journalistes dans les conflits ? Comment rapporter ces derniers à travers la réalisation ?

 


Avec Michel Amarger, journaliste à RFI et réalisateur spécialiste du cinéma africain ; Dominique Hennequin, journaliste et réalisateur lorrain.

Samedi 18 octobre 2014 de 18h00 à 20h00

Au Cinéma Caméo Ariel - Metz  

 

En partenariat avec le Festival du film arabe et la FOL 57

 


> En savoir plus :

Critique Télérama:

"Journaliste à RTL, Roger Auque a été détenu au Liban pendant neuf mois. Ce film s'inspire de sa tragique expérience et de celle d'autres otages français, comme Jean-Paul Kauffmann, sur qui Maroun Bagdadi avait envisagé de réaliser un documentaire. Au-delà de la reconstitution rigoureuse, Hors la vie est plein d'idées de cinéaste, fulgurantes, parfois lyriques, qui marquent les mémoires. « Beyrouth est un lieu où l'Orient et l'Occident se rencontrent. Et l'otage se trouve juste dans la fissure qui sépare ces deux mondes... », disait Maroun Bagdadi, envoûté par son Liban natal. Porté par l'époustouflant Hippolyte Girardot, Hors la vie est son meilleur film. »

Couleur, durée : 97 minutes, version originale sous-titrée.