Archives

Œil Public, "la seule agence de photographie de presse indépendante en France"

Publié le 29 août 2008


Tournés vers la représentation du réel, les photographes de l’agence Œil Public suivent tous la même démarche : s’interroger sans cesse, essayer d’expliquer en image le monde qui nous entoure. De la bande de copains à l’agence de presse de renommée internationale, histoire d’un collectif qui revendique avec force son indépendance d’esprit.

Galerie photo : extraits de la revue "Œ" 2008
Photo de Guillaume Herbaut Lire la suite

Chaque jour, dans une ambiance familiale et chaleureuse, les photographes de l’Œil Public échangent, commentent et mettent en vente leurs clichés en ligne. De l’actualité chaude jusqu’à la photographie de musées ou de galeries, l’important est que l’image mène à une réflexion.  "Elle ne doit pas juste être lisse, elle doit faire réfléchir les gens", insiste Guillaume Herbaut, un des membres fondateur de l’agence.

Créé il y a 13 ans, par une bande d’amis photographes tout juste sortis d’école, le collectif sert tout d’abord à mettre tous les outils en commun afin de s’entraider et de mieux s’intégrer sur le marché de la photographie. En 1995, une fois la structure associative mise en place, Guillaume Herbaut et ses acolytes conçoivent un évènement plus qu’original. "Pour se faire connaître et faire un clin d'œil à la profession, nous avons lancé "Un jeton pour l'image", un festival de photojournalisme à Paris. Le principe était d’investir dix laveries automatiques pour présenter des images. Ce sont des lieux qui n'ont apparemment aucun intérêt. A nos yeux, c’était l’endroit idéal : ouvert et qui ne fait peur à personne", raconte amusé Guillaume Herbaut.
Le ton est donné et c’est à ce moment précis que tout commence pour la fine équipe qui décide immédiatement de se tourner vers l’actualité. Au fur et à mesure, le copyright "Œil Public" trouve sa place dans la presse française et internationale, dans les musées, et dans les galeries. "Aujourd’hui, la petite structure est devenue la seule agence de photographie de presse indépendante en France. C'est pour nous très important de défendre une indépendance d'esprit, notre propre identité, de ne pas être rattaché à un groupe avec des logiques financière et politique qui ne sont pas les nôtres", se réjouit Guillaume Herbaut.

En 2007 l’Œil Public lance "Œ", une revue annuelle autofinancée par l’agence avec l’aide de quelques partenaires. Plus qu’un simple magazine, c’est un objet minutieusement travaillé qui permet d’aborder des thématiques importantes en donnant aux photographes tout l’espace nécessaire. A chaque parution son concept. Celle de 2008, intitulée "Crime et châtiment", est conçue pour deux supports différents : papier et Web. Une nouvelle façon d’appréhender cette époque charnière où les nouvelles technologies poussent le photojournalisme à s’interroger plus que jamais sur l’avenir de la profession.

Tiphaine Bellambe


Le site de l'agence Œil Public