Archives

Les Etats généraux de la presse : Ce qu'ils en attendent...

Publié le 23 juillet 2008

Dominique Candille Pourle SNJ-CGT,
Dominique Candille, secrétaire générale :
"Les Etats généraux risquent fort d'être  une grande messe médiatique"


Le Président Sarkozy a une méthode bien mise au point. Il s'empare de bonnes idées, de revendications, de propositions venues de "milieux" qui ne lui sont pas forcément acquis et il les arrange à sa guise. Par exemple la  vieille revendication de la gauche concernant la suppression de la publicité sur  la télévision publique s'est transformée en véritable machine de guerre contre le service public. Il peut en être de même avec les Etats généraux sur la presse si la profession ne se mobilise pas  et si elle laisse organiser les Etats généraux comme le président l'entend.
Au départ de cette décision présidentielle, il y a les demandes répétées des syndicats de journalistes d’organiser une réflexion tripartite entre les professionnels de l'information, les patrons de presse écrite et l’audiovisuel ( public et privé)  et les pouvoirs publics. Depuis des dizaines de mois, nous soulevons les difficultés rencontrées dans l'exercice de notre métier, nous nous inquiétons de la baisse du lectorat, du pluralisme mis à mal par les concentrations, nous dénonçons les pressions politiques et économiques qui mettent en danger le droit à l'information. Nous revendiquons plus de droits pour donner aux citoyens une information vérifiée, une information de qualité et honnête, nous revendiquons plus de moyens pour informer...
 
Le président Sarkozy fait mine de prendre en compte nos inquiétudes et nos propositions, mais au bout du compte ( et sa récente interview dans le quotidien du Monde nous éclaire ...) il estime que  si la presse et l'information sont en difficultés c'est qu'il n'existe pas en France de grands groupes de presse multimédias capables de rivaliser avec leurs homologues anglo-saxons ou américains... Pour lui, la solution n'est pas à chercher dans l'amélioration de la qualité de l'information, dans l'extension des droits à l'information, mais dans un nouveau modèle économique à définir !!!!
 
Alors qu'il parle d'Etats généraux de la presse, il n'a pas encore daigné inviter les syndicats de journalistes, et ses projets sur la réorganisation du service public de l'audiovisuel , sur la protection des sources journalistiques, sur les droits d'auteurs sont autant de menaces sur l'information. Et sont aussi à souligner ses interventions incessantes par l'intermédiaire de ses amis patrons de presse sur les contenus rédactionnels.
 
Les Etats généraux risquent fort d'être  "une grande messe médiatique"  où la parole des journalistes et de leurs représentants sera escamotée, mais où des décisions dangereuses pour le droit à l'information seront actées. Ils risquent d'être une farce de consultation si toute la profession ne réagit pas et laisse agir sans riposte ceux qui la dirigent.

Dominique Candille


A lire aussi sur le même sujet :

Patrick Le Hyaric : "Maintenir et développer le pluralisme de la presse"
François Malye : "Des réformes pour transformer radicalement le marché"
Yves Agnès : "L’information, sinon rien"
Pierre Haski : "Aider le secteur Internet à se développer"
Marie Pottier : "Défendre les médias traditionnels sans négliger le numérique"
Dominique Pradalié : "Reconnaître les équipes rédactionnelles"
François Devevey : "Donner à la presse quotidienne d’information les capacités d’être à égalité avec les autres médias"