Notre République et sa presse graviront ensemble les sommets ou bien elles iront ensemble à leur perte. Une presse compétente, désintéressée, peut protéger cette morale collective de la vertu, sans laquelle un gouvernement populaire n’est qu’une escroquerie et une mascarade.
Joseph Pulitzer
18 décembre 2014

Quelle information pour demain ? Les Assises 2009

Revue de presse 09

Vers une information économique moins libérale ? :

Dans l'Humanité du lundi 12 octobre, Grégory Marin fait un compte-rendu détaillé de l'atelier du vendredi 9 octobre "La crise économique : Comment en parler ?".

"Sans argent,l'info en ligne se paie de mots." :

Frédérique Roussel, dans le journal Libération du même jour, revient sur l'atelier "Bien informer en .fr", qui réunissait Pierre France, journaliste multimédia aux Dernières nouvelles d'Alsace, Pierre Haski, directeur de Rue89, Eric Mettout, rédacteur en chef de l'Express.fr, et Sylvain Lapoix, journaliste à Marainne2.fr.

"Jérôme Bouvier : Le meilleur moyen de tuer le métier de journaliste, c'est de  faire vite" :

Emmanuelle Anizon interviewe Jérôme Bouvier, le fondateur des Assises du Jorunalisme pour Télérama.fr.

"Aux Assises du Journalisme de Strasbourg, la diversité dans les médias en question" :

"A quand les dix commandements du journaliste ?" :

Sur le site Lesinrocks.com, Marie Lagedamon note que le débat sur la diversité organisé par le Conseil de l'Europe fait peu  peu écho chez les participants des Assises...  La journaliste  s'intéresse également aux travaux préparatoires des 11 sages sur la future charte de déontologie des journalistes, qui pourrait à terme être intégrée à la convention collective de la profession.

"On attend toujours les journalistes aux Assises du Journalisme" :

Sur son blog pierrefrance.com, Pierre France, journaliste au service multimédia des Dernières nouvelles d'Alsace, s'étonne du peu d'écho rencontré par la manifestation dans les rédactions locales et régionales, responsable selon lui d'un déficit de fréquentation des Assises par les journalistes alsaciens, mais aussi par le public strasbourgeois.