Notre République et sa presse graviront ensemble les sommets ou bien elles iront ensemble à leur perte. Une presse compétente, désintéressée, peut protéger cette morale collective de la vertu, sans laquelle un gouvernement populaire n’est qu’une escroquerie et une mascarade.
Joseph Pulitzer
22 février 2017

10e édition des Assises du Journalisme et de l'information de Tours
les 15, 16 et 17 mars 2017

A la Une

Chroniques du grand bouleversement n°2

 

Depuis 10 ans ils ont été les acteurs des grands bouleversements qui ont révolutionné la production et la consommation de l'information. Les Assises ont demandé à tous les présidents et présidentes qui se sont succédés leurs témoignages. Chaque lundi nous publions leurs témoignages, retrouvez-les ici. Cette semaine, le regard de Patrick de Saint-Exupéry. 

 

Patrick de St Exupry Prsident du jury Assises 2013   2 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dix ans d'Assises du Journalisme, dix ans passés et un autre monde en train de s'esquisser. La bascule est en marche. Hier est à l'agonie, demain pas encore écrit, tout reste à faire.

 

Le principal constat de ces dix années écoulées ? Nous sommes arrivés à la fin du cycle des promesses aussi grandioses qu'irréelles.

 

Vous en souvenez-vous ? En 2007, l'heure était passée avec Internet à la gratuité. Tout allait devenir gratuit, l'information comme le reste. C'était évident, inéluctable. Seuls les esprits chagrins des moutons noirs ne pouvaient pas ne pas le comprendre.

 

D'ailleurs, le papier était mort. Les prophètes autoproclamés le clamait : l'issue de la soi-disante guerre entre papier et écran était courue d'avance parce que la modernité, parce que le sens de l'histoire, parce que "old" contre l'innovation...

 

Et puis très vite, les sites devinrent "old", et à leur tour les "blogs", et à leur tour Facebook, Twitter...  En s'accélérant, les cycles se faisaient chaque fois plus courts. Dix ans d'avalanche technique, d'innovations technologiques, de promesses reportées à demain, demain, encore demain, et s'effilochant chaque jour un peu plus.

 

Ce qui au fond n'est guère étonnant. L'enjeu, le véritable enjeu, n'a jamais été là : dans l'innovation, dans la prouesse technique, dans le papier contre l'écran - autant de débats miroir aux alouettes.

 

Pour nous, professionnels de l'information, la seule question qui valait et qui vaut toujours, reste celle-ci : comment faire vivre le journalisme ? Oui, comment porter au mieux ce travail de la chair vivante que ce soit sur papier ou écran, sur Facebook ou avec un stylo plume, par téléphone ou grâce à Twitter. Qu'importe !

 

Rester vivant, rester incarné, tel est le défi du journalisme, tel est le défi auquel nous sommes tous confrontés. Dans un monde sans boussoles, il nous appartient de retrouver notre Nord. En nous libérant du jargon et de la puissance de l'algorithme pour revenir au fondement : la chair, la pate humaine. Notre jardin. Le seul.

 

Patrick de Saint-Exupéry

Co-fondateur des revues XXI et 6Mois